Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

samedi 21 octobre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Le 4 Vents Atao

L’assemblage du tout

Albertus

La coque a été enduite de mastic bois, puis recevra une couche de sintofer pour égaliser avec le tulipage (voir photo 2). Ensuite, après poncage, un voile de mat de verre sera posé sur le tout. J’aurais du prévoir, lors du bordage, des renforts pour la fixation des barres anti-roulis et des défences latérales. En effet, leur fixation solide me posera bien des problèmes par la suite. A ce stade, le pont n’est pas encore totalement latté, car la mise en place du lest (qui sera important) n’est pas encore effectuée.

Photo 1

Le rouf et le portique sont terminés et présentés sur la coque toujours en cours de finition.

Photo 2

L’avant du bateau présente un tulipage qui n’est pas facile à réaliser en bordages. J’ai cintré une plaque de multiplis 1 mm sur le bloc avant, réalisant ainsi à la fois la coque et le pavois. Le reste du pavois est en multiplis fixé sur des jambettes rapportées. Seul les sabords arrières sont découpés, les autres seront simulés par collage, donc représentés fermés.

Les différentes parties de la cabine et du portique sont patinées à la poudre de rouille : peindre dans la couleur voulue, puis, après séchage, vernir à l’incolore les endroits à rouiller, et saupoudrer de poussière de rouille (tampon de laine de fer trempé dans l’eau salée, puis mis à sécher, et enfin pulvérisé quand il est tout rouillé).

Photo 5

le mât comporte six feux fonctionnels, allumables indépendament. Bien sûr, le radar tourne ! l’étai du mat, fixé à la proue, est raccordé à l’antenne du récepteur.

Pendant des semaines, j’ai cherché du filet de maille 3mm pour la réalisation des chaluts. Les magasins de tissus, les marchands d’oranges en filet, les magasins d’articles de pêche, j’ai tout visité sans trouver ce que je cherchais. Pourtant, j’étais certain d’en avoir vu quelque part. Puis un jour, mes yeux se sont ouvert sur l’éponge de douche que j’utilisais tous les jours, en filet de nylon chiffonné. Une fois déroulées, ces éponges présentent une « chausette » de 1 mètre de long. Elles existent en couleur vives, comme les chaluts modernes (voir photo 4). Les flotteurs sont des perles de bois, quelques tours de chaine rouillée maintenant le tout sur les enrouleurs. Le « Système D » est bien utile en modélisme naval, car on ne trouve jamais l’accastillage dans la bonne échelle ! On garde tout, ca peut toujours servir ! Les hublots ronds sont en tube de plomberie, la bouée est un anneau de rideau en bois, le canot de sauvetage en caisson est le flotteur en laiton d’un vieux carburateur Weber.

Photo 3

un seul dalot est percé et présenté ouvert, de chaque côté du bateau. les autres sont contrecollés au pavois.

Photo 4

Les chaluts sont réalisés en filet d’éponge de douche