Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

vendredi 15 décembre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Le 4 Vents Atao

La mise à flot
Premier contact avec l’eau

Albertus

Traditionnellement, le bateau est testé dans la baignoire ! Pour quelques heures, la moitié de l’atelier est transféré dans la salle de bain. Pour plus de facilité, j’ai teinté l’eau en bleu en y dissolvant un bloc pour chasse WC. Pour avoir mélangé à la main, je me suis offert un bras de schtroumpf pendant deux jours !

Photo 1

Après peinture de la ligne de flottaison d’après le plan, il s’agit de mettre le bateau dans ses lignes !

Le lest doit être de préférence installé vers le milieu du bateau, vers le centre de carène et le centre de gravité du bateau, même si il parait plus simple de lester l’avant et l’arrière.

Photo 2

Après avoir lesté le bateau en son centre, la flottaison avant est ajustée par ajout de lest...

Photo 3

... Ainsi que l’arrière

Cette derniere solution réduirait la manoeuvrabilité du modèle. En effet, le bateau vire grosso-modo autour de son centre d’intertie. Si le moment d’inertie est faible (c’est à dire que le poids est concentré au centre d’inertie), le bateau aura peu d’inertie lors des rotation et sera vif au gouvernail. Si par contre, le moment d’inertie est élevé (le poids est éloigné du centre d’inertie), le bateau sera mou au gouvernail.

Bien sûr, il faudra quand même lester l’avant et l’arrière, mais le principal du lest s’ajoutera au milieu du bateau !

Tout d’abord, mettre en place le plus d’éléments possible sur le pont (rouf, treuils, accessoires etc) et placer le mât et les antennes pour visualiser facilement la verticabilité dans l’eau. Mettre à leur place définitive les accus, le moteur, et la platine radio si elle existe déja (sinon, simuler). Se munir de morceaux de plomb (j’ai récupéré dans une imprimerie quelques « lignes » de linotype coupées en petits morceaux), et d’une balance de cuisine.

Poser le bateau sur l’eau, et ajouter le plomb nécessaire au lest déja en place. Le plomb doit se trouver à fond de cale, sous les accus et sous le moteur.

Si le pont est déjà latté, on devra sans cesse déposer le rouf pour introduire le plomb, puis reposer le rouf pour vérifier la position dans l’eau. On comprend mieux pourquoi il est préférable de ne poser les planches du pont qu’après lestage. Le bateau doit être juste dans ses lignes de la proue à la poupe, à babord et à tribord. En aucun cas il ne doit « sortir le nez ». En effet, en avançant il aura naturellement tendance à légerement déjauger son avant.

Quand le lestage est terminé, on enlève le plomb installé et on le pèse. on pourra alors fabriquer des gueuzes de formes précises qui reprendront place dans le bateau, bien à plat de chaque coté de la quille. Dans ce cas ci, le milieu recevra 4,8 kgs, l’avant 1,400 kg, et l’arrière 1,300 kg.

à quai....

J’ai même effectué des essais de moteur dans la baignoire. Pas de vitesse, mais de poussée ! Le moteur Power 1000 couplé à l’hélice de 70 mm développe beaucoup de force.

Photo 4

La mise en place du lest, est effectué de manière à ce que l’axe de tangage soit horizontal, ce qui se vérifie facilement par la verticalité du mât (par rapport au carrelage mural).