Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

mardi 25 avril 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Cheviot

Le groupe Vapeur
Descriptif et installation

GéGé

Dans l’article précédent, nous en étions restés avec une coque bien avancée, posée sur son ber et prête à recevoir le groupe vapeur. Ce dernier est maintenant monté dans sa configuration définitive sur sa plaque de base et je réalise deux solides traverses qui viennent supporter le tout à la bonne hauteur.

Le groupe est déposé sur deux traverses qui seront collées dans la coque - 23.2 ko
Le groupe est déposé sur deux traverses qui seront collées dans la coque

A partir de là, tout doit être pensé, étudié et réalisé pour permettre de retirer ce groupe d’un seul bloc, afin d’en faciliter l’entretien et assurer rapidement une réparation éventuelle.

C’est là que tout se corse ! Il faut être précis et rigoureux et ne pas hésiter à passer une ou deux soirées de réflexion avant de se lancer à réaliser les pièces nécessaires.

Un pignon en acier est donc monté sur l’axe machine et ce dernier doit venir entraîner une roue en Delrin, elle-même montée sur l’axe des futures roues. Il est donc nécessaire de positionner cet axe avec une très grande précision afin que cette transmission travaille de manière optimale.

Vue de détail de la réduction 1/3 entre la sortie sur l’axe machine et l’arbre qui supportera les roues à aubes monté sur double roulements à billes - 20.9 ko
Vue de détail de la réduction 1/3 entre la sortie sur l’axe machine et l’arbre qui supportera les roues à aubes monté sur double roulements à billes

L’axe des roues repose sur deux paliers à double roulements, ce qui lui donne une rotation sans aucune résistance ou points durs.

Toutes les commandes du groupe doivent suivre le groupe vapeur en cas de démontage, soit :
-  Ouverture et fermeture de la vanne vapeur
-  Inversion du sens de rotation
-  Commande du sifflet

Cette contrainte oblige donc à fixer les trois servos de commande solidaires de la plaque de base du groupe. Ces trois servos sont donc bien cachés sous le pont et invisibles à l’oeil une fois le bateau terminé.

Tous les servos sont solidaires de la plaque de base - 24.8 ko
Tous les servos sont solidaires de la plaque de base

La cheminée d’origine, beaucoup trop courte, sera remplacée par une nouvelle, entièrement réalisée dans un tube aluminium repris au tour pour le façonner aux bonnes dimensions et l’ajuster sur la chaudière.

La nouvelle cheminée est mise en forme par tournage - 20.2 ko
La nouvelle cheminée est mise en forme par tournage

La chaudière sera également isolée avec une couche de tissu spécial résistant au feu et posé contre la paroi, puis avec des lames d’acajou. Le tout sera maintenu par cerclage en laiton et enduit de plusieurs couches de verni de protection transparent.

Non prévu d’origine, j’installe un régulateur permettant de mettre le brûleur en veilleuse une fois la pression de service atteinte ( 2.5 à 3 bars )

A gauche : vue du régulateur placé devant le réservoir gaz, et à droite : la commande d’ouverture de la vanne vapeur . - 38.9 ko
A gauche : vue du régulateur placé devant le réservoir gaz, et à droite : la commande d’ouverture de la vanne vapeur .

Après quelques recherches chez les fournisseurs spécialisés, j’ai finalement opté pour le groupe vapeur bicylindres horizontaux de 3 cm/cube de la marque allemande Regner.

Le Premium, c’est son nom, est annoncé comme étant capable de propulser un bateau jusqu’à 15 kg.

Le groupe vapeur Prémium de Regner, tel que présenté sur le catalogue. - 23.1 ko
Le groupe vapeur Prémium de Regner, tel que présenté sur le catalogue.

Je fais d’abord l’acquisition de ce groupe vapeur que je teste pendant quelques mois en le présentant en démonstration dans diverses expositions.

Ceci me permet de bien apprendre à le connaître, de procéder à quelques mesures d’autonomie, quelques tests et de réaliser une ou deux modifications avant de débuter la construction de la coque. Il vaut mieux en effet bien préparer son groupe avant que celui ci ne soit fixé dans le bateau.

La machine seule - 25.3 ko
La machine seule

Comme je ne souhaite pas mettre l’axe moteur en prise directe avec les roues à aubes, je choisis une réduction de 1/3. Donc pour 45 tours minute au roues à aubes, j’aurais 135 tours minute au moteur.

Ce nombre de tour raisonnable me permet d’espérer une autonomie confortable en navigation avec un plein de chaudière ( Je me fixe comme objectif environ 45 minutes )

Pignon métalique sur l’axe machine et roue dentée en Delrin sur l’axe des roues à aubes - 12.1 ko
Pignon métalique sur l’axe machine et roue dentée en Delrin sur l’axe des roues à aubes

Le réservoir gaz est placé à l’avant gauche de la chaudière, facilement accessible pour sa recharge au moyen d’un raccord rapide pour air comprimé.

Le déshuileur est placé à l’arrière gauche de la chaudière, et, après avoir passé par ce déshuileur, la vapeur est conduite directement à l’intérieur de la cheminée. La vidange s’effectue très simplement par aspiration au moyen d’une grosse seringue qui se connecte directement au petit tuyau de vidange très discret qui dépassera légèrement du pont.

Vue plongeante : à droite le servo d’inversion vapeur et à gauche le déshuileur avec sa sortie dans la cheminée - 15.5 ko
Vue plongeante : à droite le servo d’inversion vapeur et à gauche le déshuileur avec sa sortie dans la cheminée

Commande inverseur et graisseur - 15.1 ko
Commande inverseur et graisseur

La vanne de commande du sifflet est située le plus près possible du sifflet. Ce dernier est fixé contre la cheminée. La transmission de la vanne au servo se fera par l’intermédiaire d’une chaînette.

La vanne de commande et le sifflet - 14.8 ko
La vanne de commande et le sifflet


Dans le prochain article vous suivrez pas à pas la construction des roues à aubes et leur installation sur le bateau.