Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

mardi 24 octobre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

MLB 47 Ft de l’USCG

Installation radio

Albertus

Près de deux ans après avoir commencé le bateau (en juillet 2008) il est enfin terminé ! Mais il faut préciser que le modèle a été entièrement recommencé après s’être avéré bien trop lourd ("direction poubelle" alors qu’il était pratiquement terminé), et que chaque élément a été fait et refait plusieurs fois, la construction étant plus basée sur les photos rassemblées que sur le plan approximatif de BM. Initialement réalisée en ctp de 8 et de 12 mm (pin maritime) comme les coques de mes chalutiers, et recouverte de ctp 2 mm posé par panneaux verticaux pour épouser le tulipage et nécessitant un bonne épaisseur d’enduit, la construction "volante" de la coque avait en plus nécessité différents renforts qui en alourdissaient la structure. La nouvelle version, construite quille en l’air sur chantier, a une quille et des couples en ctp de peuplier de 5mm, et un recouvrement ctp bouleau de 1,5mm plus soigné, renforcé intérieurement par injection de mousse polyuréthane. Toute la cabine est maintenant construite en carton+G4. Les rambardes initialement en tubes et fils de laiton sont à présent en ABS.

Vue générale du bateau terminé - 28.6 ko
Vue générale du bateau terminé
 1 mètre de long, 5.8 kg, échelle 1/15e 

Cette fois cela y est, il est terminé et richement détaillé grâce à plus de 300 photos du vrai bateau. Ou plus exactement : des vrais bateaux, car le modèle 47 Ft a été fabriqué à plus de 200 exemplaires, avec quelques variantes en cours de série, quand même échelonnée sur une douzaine d’années. Cette particularité m’a posé quelques problèmes avant que je ne m’aperçoive que les détails observés sur certaines photos ne correspondaient pas à d’autres, et au départ je pensais m’être trompé dans la compréhension des photos.

Ouverture des trappes - 34.2 ko
Ouverture des trappes
 La plage arrière sur laquelle le plongeur est collé est amovible et permet l’accès à la batterie 12v et au servo de gouvernail. La cabine qui s’encastre sur des hiloires donne accès aux moteurs, pompes, radio etc. Le branchement de la prise qui donne le courant à la cabine se fait manuellement, avant d’encastrer le roof sur les hiloires 

La coque du bateau est une coque à bouchains vifs, prévue pour la vitesse relativement élevée de 25 noeuds. Il faut donc pour la maquette au 1/15e obtenir une vitesse de +/- 13 km/h en pointe, et les moteurs choisis doivent le permettre. J’ai installé deux Speed 600BB Turbo 12v pour animer en direct les hélices en laiton 4 pales larges. Une hélice pas à gauche, et une pas à droite, les moteurs sont raccordés contraires (+-/-+) pour obtenir une propulsion supra-divergente

La pompe à engrenages du refroidissement des moteurs - 36.2 ko
La pompe à engrenages du refroidissement des moteurs
 Elle puise l’eau par une écope sous la coque, et l’envoie dans le circuit des moteurs (en série). Le rejet se fait par les évents d’échappement de chaque côtés du bateau, le flux du rejet étant divisé en deux par un raccord en Y, et l’eau de sortie véhiculée par les tuyaux verts 

Bien entendu, un refroidissement par eau est prévu, au moyen d’une pompe à engrenages auto-amorçante, le rejet latéral se faisant comme sur le vrai bateau par les grosses sorties d’échappement situées sur chaque bord arrière.

Le Lazarette - 33.2 ko
Le Lazarette
 C’est le nom américain du local abritant les servos des gouvernes. Un servo standard de 3,5 Kg commande un palonnier double qui renvoie le mouvement au second palonnier. Tous les éléments doivent être rigoureusement parallèles ou perpendiculaires entre-eux 

La direction se compose de deux safrans suspendus dans le flux des hélices. Ils sont réalisés en ctp aviation (bouleau 10 plis) mis en forme par ponçage, collés à l’araldite sur les axes en tige filetée zinguée de 3mm traversant des tubes laitons débouchants dans le bateau plus haut que la flottaison. Le filetage des axes maintient le film d’huile qui assure le mouvement doux et l’étanchéité (en fait il s’agit de graisse au teflon). Rien à signaler concernant les palonniers si ce n’est qu’il faut rappeler que tous les éléments doivent être parallèles ou perpendiculaires entre eux. Plutôt que d’amener le mouvement par une longue corde à piano, le servo est installé entre les axes, avec des cap courtes, et c’est le fil électrique qui va au récepteur qui est allongé.

Accessibilité - 193.1 ko
Accessibilité

Lors de la conception de la construction, il est important de déjà réfléchir à l’accessibilité des éléments de propulsion, radio etc

La propulsion est assurée par deux Speed 600BB turbo refroidis par eau. Batterie plomb 12v7Ah pour les moteurs, 6v4Ah pour les accessoiures, 4,8v1700mAh pour la radio
-  flèche rouge = batterie 12v, lest principal du bateau
-  flèche orange = pompe à engrenages
-  flèche jaune = le régulateur de vitesse des deux moteurs
-  flèche vert clair = batterie 6v
-  flèche bleu clair = bananes de rechargement du 6v
-  flèche vert émeraude = raccords lustre pour alimentation cabine
-  flèche bleu foncé = récepteur radio
-  flèche mauve = servo-interrupteur
-  flèche bordeau = tube blanc du fil d’antenne

Hélices 4 pales - 9.1 ko
Hélices 4 pales
Les hélices choisies sont des Raboesch 4 pales larges (type D) prévues pour les vedettes rapides

Interrupteur de l’accu 12 volts - 26 ko
Interrupteur de l’accu 12 volts
 C’est la bouteille d’air du plongeur qui sert de levier à l’interrupteur, appuyée sur la bitte de remorquage lorsque le contact n’est pas mis 

Les interrupteurs sont apparents, mais l’idéal est de les intégrer dans les éléments d’accastillage afin de les dissimuler. L’ interrupteur 12v150A (accessoires automobiles) n’est vraiment pas discret avec son gros levier. Je l’ai dissimulé en enfilant dessus la bouteille d’air comprimé du plongeur, lui donnant une position plausible à l’arrêt, puisque lorsque le contact est mis le bateau est au milieu de l’eau, et le fait que la bouteille soit droite passe inaperçu.

Installation - 22.1 ko
Installation
 En haut, la batterie 6v qui alimente l’aérien du radar et tous les feux, phares et sirènes. En bleu, l’accu 4,8v du récepteur, à sa droite le régulateur de vitesse, à gauche un servo muni de deux interrupteurs à enclenchements.  

Le récepteur est collé par du collant double-face à la paroi verticale du côté des courants faibles, près du servo-interrupteur. L’antenne est enfilée dans un tube plastique qui va sous le pont avant jusqu’à la proue puis revient sur bâbord à hauteur du livet

Pour ne pas mobiliser les accessoires multiswitch de la radio F14, j’ai opté pour un servo-interrupteur (Robbe) avec des contacts à maintient : Un coup à fond dans un sens et les phares s’allument, un autre coup et ils s’éteignent ! Un coup à fond dans l’autre sens, c’est la sirène et le flash qui se mettent en marche.

Feu bâbord dans son cache rouge.  - 6.1 ko
Feu bâbord dans son cache rouge.
 L’ampoule qui y est insérée est une ampoule rouge, pour accentuer la teinte lors de l’allumage. A tribord, une ampoule verte dans un cache vert 

Interrupteurs apparents mais peints - 23.1 ko
Interrupteurs apparents mais peints
 Devant une porte d’accès factice, deux interrupteurs apparents. Tout devant, celui de la radiocommande, facilement reconnaissable. L’autre, rond à poussoir, c’est l’interrupteur du 6v. Apparents mais intégrés par la couleur, ils ne se remarquent pas !

Dans le bateau, les éléments sont implantés le plus possible de façon symétrique. Les lignes haut voltage sont concentrées sur tribord (alimentation des moteurs, régulateur, alimentation de la pompe) Les lignes de courants faibles passent sur bâbord (câbles du servo de direction, récepteur radio, servo interrupteur et fils d’alimentation de l’éclairage).

Il y a quatre fils qui amènent le courant dans la cabine amovible, et il est donc nécessaire d’installer une prise. Lors de la construction, j’avais prévu une barette de sucres femelle (raccords lustre) sur le devant des hiloires, la barette mâle correspondante étant collée a l’avant de la cabine et contribuant à son maintient en place. Lors des diverses modifications de détails, j’ai été obligé de changer légèrement l’emplacement de la prise femelle, mais je n’ai pas réussi à remettre la fiche mâle en place, n’ayant plus accès à l’intérieur de la cabine. Actuellement, la prise doit donc s’enficher manuellement avent la pose de la cabine

La recharge se fait sans sortir les batteries du bateau, mais trappes ouvertes. Des prises bananes (rouge et noire) étant en place à proximité de chaque accu. Les interrupteurs 6v et 12v sont en fait des inverseurs bipolaires.

Le prochain article reprendra en détail les différentes partie du bateau et de son accastillage spécifique, ainsi que le détail sur les personnages Cap Maquette profondément modifiés.