Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

lundi 24 avril 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Outillage

Une machine à fourrer les cordages

Jacques Clabaux

Après avoir passé une soirée à vouloir fourrer mes cordages selon la technique de Pierre Corbières, les doigts gourds, un tuyau de pipe massacré et ... un résultat décevant, je me suis mis à penser à une autre solution dont voici le prototype.


Ne voulant pas accaparer ma machine à corder , j’ai utilisé un petit groupe moteur - réducteur d’un prix minime (voir Conrad, le modèle de base) :


3 engrenages intermédiaires ont été conservés, ce qui donne une vitesse de rotation suffisante .Les cordages ne seront pas liés, mais serrés (pince crocodile). La machine revient à moins de 10 euros ! - 1 moteur, 2 pinces, 1 émerillon ... et la "réserve" de tout bricoleur


Pas de contre-poids mais un élastique. La tension ne doit pas être excessive. On sera surpris par le démarrage de cette pince mais on s’y habitue ! Il faut penser, au début, à déplacer légèrement la porte pince mobile vers la droite : la tension a la fâcheuse tendance à venir bloquer l’axe sur l’émerillon. L’élastique est fixée sur un clou que l’on peut déplacer selon la longueur à fourrer ; des trous au milieu de 2 lattes clouées et collées permettent ce réglage. Une équerre maintient un montant en ctp dans lequel on a placé un palier en laiton (+ 1/10éme du diamètre de l’axe) - on peut s’en passer, le prototype n’en était pas équipé et cela fonctionnait très bien.


Une petite amélioration aux pinces : on les perce près de leur axe à 1 mm et on place une petite tige de laiton recourbée de chaque côté pour qu’elle ne s’échappe pas. Ainsi on passe le cordage derrière, on tire et le serrage se fait exactement dans l’axe. Pour éviter l’enroulement du cordage en excédent, on fixe un petit tambour avec une vis de 3 mm (taraudage sur la pince pour la liaison électrique) - ici un bobineau de couturière dont on a comblé la partie centrale avec un tourillon percé à 3. Une rondelle permet le serrage du bout du cordage après son enroulement.


La bobine de fil est enfilée sur un clou. Un petit balancier en bois (axe = clou) tiré par un élastique assure la pression et donc la tension. Sur la face avant du chariot (ctp de 18) on colle un tube. Devant, le guide pour le fil : clou percé dans lequel on colle un fil de laiton légèrement ouvert sur le côté pour passer le fil et non l’enfiler - les yeux ! L’axe de ce guide doit être à la même hauteur que le cordage à fourrer


Le guide du chariot : une autre tige métallique qui glisse dans le tube du chariot porte-bobine. Tubes alu ou laiton. Voir le croquis pour sa fixation sur le socle.


Système de tension du cordage : fil de fer fixé sur le chariot (amovible car parfois on travaillera sans et on se servira de ses doigts, tout au moins d’un pour guider le fil !). On doit le courber pour que le cordage vienne s’appuyer contre lui. Ainsi, tout au long du fourrage, la tension sera la même. Ce tendeur mobile est amovible : deux trous percés de chaque côté du guide fil.


La machine terminée après maintes transformations. A vous de l’améliorer ... ou de la simplifier. Amélioration à laquelle j’ai songé : entraîner la pince mobile à la même vitesse que l’axe moteur avec un axe et deux poulies , l’une mue par le moteur ... Mais cela supprime la possibilité des petites interventions sur le fourrage.


Quelques éléments de gréement réalisés au tout début : 2 étais avec boucle et pomme ; 4 poulies de drisses ; des oeillets de capelage de haubans ; le revêtement d’un organeau.


Plan de quelques éléments. L’équerre qui empêche la partie mobile de se soulever et le bois 5x5 peuvent être évités si vous trouvez une petite loupe légère en plastique. Les côtes sont les miennes, elles ne sont pas impératives.


Quelques façons de procéder. Il y en aura d’autres à découvrir selon vos besoins.

Les articles récents de Jacques Clabaux

La transformation des pinces. Une solution existe pour ceux qui ne possèdent pas de tour et de taraud.

Axe moteur : manchon tourné et percé de diamètre 3 d’un côté et du diamètre de la pince de l’autre, taraudage à 3 ; emboîtez, serrez.

Axe mobile : rond de laiton .

Palier percé à 1/10 de plus que l’axe mobile avec épaulement pour collage


Le mouvement de rotation donné par le moteur va "tordre" le cordage et, ne rencontrant pas de résistance à l’opposé, le faire tourner .
-  1 : On coupe un émerillon (très bonne qualité, sans jeu latéral) dont le surplus vient s’enfiler votre rond de laiton (soudure à l’étain) qui enserre aussi une pince crocodile : percer à 2,5 et tarauder à 3 l’ensemble.
-  2 : Manchon laiton : percé au diamètre de l’émerillon d’un côté et du diamètre de la pince de l’autre.
-  3 : On garnit l’intérieur des pinces d’un morceau de bois plat (cyano) sur lequel on colle du papier de verre. Les pinces ne seront pas parfaitement alignées pour tourner rond : il suffit de les tordre légèrement pour obtenir cet alignement


Montage électrique  - 17.7 ko
Montage électrique

-  1 / interrupteur.
-  2 / fiches bananes permettant l’inversion du moteur (pour une très très grosse erreur ; pour une petite, plus fréquente, il suffit d’arrêter le moteur et de débobiner à la main la pince mobile en tendant le fil vers l’arrière - mais cela peut servir si on n’a pas vérifié le sens de rotation du moteur !).
-  3 / pile 1.5 volts.
-  4 / Moteur


...et pourquoi pas un petit capot moteur ? - 31 ko
...et pourquoi pas un petit capot moteur ?


le chariot mobile : un clou pour maintenir la bobine ; deux bâtonnets de diamètre 4 qui serviront de tendeur dans certains cas où le fil de fer n’est pas utilisable ; un accessoire pour fabriquer les "pommes"(voir croquis) ; un tournevis pour serrer les bobineaux ; une aiguille fichée dans un bout de mousse (vous ne la chercherez pas trop longtemps !) ; en avant le fil de fer servant de tendeur mobile.

Et pourquoi pas une loupe : vieil objectif de "jumelles" avec bras se relevant en arrière. Mais vous pouvez trouver plus léger ! Dans ce cas la baguette 5x5 fixée à l’arrière du socle et l’équerre sur le chariot mobile deviennent inutiles.


On peut suivre aisément le travail ... à la loupe. Ici, un fil fourré entièrement. Il est évident qu’il est trop gros : il faudrait, au 1/48éme travailler avec du 1/10, mais je fais avec ce que je trouve ... Ce cordage fourré servira pour estroper certaines poulies, donc le cordage servant de support est de taille réduite.


Le guide pour une tension continuelle du fil. Il faudra traverser le cordage avec le fil entre les deux parties recourbées. Pour cette opération, détendre le cordage en enlevant l’élastique (tout au moins pour les gros cordages). Faire un noeud puis repasser l’aiguille vers la pince à l’intérieur de la boucle sinon ... blocage


Utilisation d’un domino de diamètre intérieur 5 comme palier.


Remplacement des deux pièces tournées.


Nous vous présentons toutes nos excuses pour la qualité relative des dessins.

Les personnes intéressées peuvent obtenir une version haute définition de ces dessins en contactant l’auteur de cet article