Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

dimanche 20 août 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Le Zubr

La saga du Zubr (7)
Les superstructures (1)

Benoît Raynal

A partir de maintenant je passe la plume à Didier. Il a fait un travail considérable avec une minutie et une patience que j’admire.

La première chose fondamentale est de se mettre dans la peau d’un pilote d’aéroglisseur. Cela permet de comprendre et de prendre en compte les différences importantes entre la construction d’un bateau et celle d’un aéroglisseur, en particulier en terme de poids. Cela n’est pas facile.....

Suivant les informations disponibles, photos et plans, il a fallu revoir les dimensions, point toujours délicat car les plans ne sont pas obligatoirement à une échelle constante.

J’ai donc opté pour une structure en balsa et dans un premier temps pour l’utilisdation de la carte plastique de 0.75mm d’épaisseur pour les ponts.

La structure en balsa - 26.3 ko
La structure en balsa
Les tasseaux de balsa (10x10) sont collés et noyés à la néoprène dans la base de mousse expansée du fond de la coque. On devine un début de forme .

Le pont en carte plastique - 8.6 ko
Le pont en carte plastique
Premier essai pour le pont ainsi que pour les supports moteurs : collier typr cerflex.

Ce fut une erreur. La carte plastique utilisée sans problème pour les petites pièces sur des maquettes n’est pas une bonne solution pour un grand bateau. Il aurait fallu utiliser une épaisseur de 1mm, voir même de 2mm, mais dans ce cas le poids de l’ensemble aurait été trop important. Donc, les ponts étant terminés à 95% en carte plastique, je suis revenue en arrière et l’ensemble du pont principal a été reconstruit. Pour éviter les déformations du pont, la carte plastique a été renforcée par une base balsa, (structure légère). La structure reste inchangée. Elle est constituée de tasseau de balsa (10x10) collé et noyé à la néoprène dans la base de mousse expansé du fond de la coque. Sur ces "piliers », nous avons collés les traverses de balsa pour réaliser les formes des ponts.

Le pont supérieur est maintenant constitué de plaque de carte plastique de 0.75mm d’épaisseur, et, par dessus, de plaque de balsa de 1mm d’épaisseur.

Le tout poncé, poncé et re poncé pour obtenir une surface correcte. Les parties verticales et les ponts de chaque coté du bateau, restent en carte plastique de 0.75mm.

Les moteurs de subtentation ont été protégés pendant le ponçage et la peinture. Le bord de ces moteurs a été réalisé en Miliput, poncé et re poncé pour obtenir une forme lisse et faciliter l’écoulement de l’air. Maintenant il faut réaliser les grilles de protection de ces moteurs.

Le pont définitif

Le pont est un sandwich carte plastique/balsa : léger et solide. les parties verticales et les flancs sont en carte plastique de 0.75

Support moteur

Les premiers colliers suffisaient pour les essais mais n’autorisaient pas le montage des tuyères. Il a fallu plusieurs versions pour en avoir une satisfaisante.

Les tuyères

En comptant tous les essais et les brisures en cours de réalisation, c’est bien une vingtaine de tuyères qui ont été mises en chantier !

LES MOTEURS DE PROPULSION

C’est un gros dilemme. Pour avoir un ensemble correct (moteurs bateau), il faut revoir les supports moteurs. Toujours en prenant en compte le poids de ces supports. Après différents essais, j’ai opté pour des supports en Alu. Les chaises moteurs sont en cours de construction.

Pour les tuyères, le choix a été très difficile. Entre Balsa, ou mousse synthétique ! Pour une plus grande souplesse et une grande légèreté, j’ai donc choisis la mousse synthétique. Un gros travail d’ébauche puis d’ajustage a été réalisé pour obtenir les formes correctes. Cette mousse synthétique très légère, m’a causé beaucoup de problèmes. La première Tuyère presque terminée a cassée pendant le ponçage.

Pour éviter de nouveau ce problème, j’ai donc recouvert de syntofer la surface des tuyères et le ponçage ce fait par petites passes (très long je l’accorde).