Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

samedi 25 novembre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Goémonier L’Emeraude

Goémonier l’Emeraude - Portique et pont arrière

Thierry Jorissens

Sur le pont arrière de l’Emeraude on trouve l’accès au moteur, typique de ce genre de bateau. Il est construit en CTP de 1,5mm pour les parois latérales et la partie arrondie, alors que la partie avant et les portes sont en 3mm pour y fixer des charnières et une poignée fonctionnelle confectionnée avec un pilier de rambarde.

De part et d’autre de cet accès se trouve une hiloire, une sorte de barrière, dont le bas est en CTP et le haut en laiton soudé. L’accès au moteur et la barrière sont solidaires de la partie amovible du pont arrière. Seules les extrémités de la barrière, qui remontent sur les côtés jusqu’aux hiloires de la cale ouverte, sont fixes et collées contre ces derniers et la muraille arrière.

Les pieds de portiques sont à demeure sur le pont. Sur le vrai bateau, ils sont prévus pour y fixer le portique arrière lorsque l’Emeraude pratique la pêche à la Saint-Jacques par exemple. Sur la maquette, c’est un assemblage de différentes pièces de bois. Ils sont reliés au tableau arrière par deux tirants, en tube laiton et fil de soudure pour obtenir une « tige téléscopique réglable ».

Tout à l’arrière, l’échappement est un assemblage de tubes laiton soudés, et le col de cygne est constitué de fil, tube et rondelles en styrène.

L’accès au moteur quasi terminé, il reste le support de grue sur le dessus, la peinture verte et la "plinthe".

La partie fixe de l’hiloire arrière bâbord (ici son gabarit en carton) sera collée contre le pavoi. L’hiloire latérale y sera raccordée plus tard.

Une vue d’ensemble de l’hiloire arrière installé, il reste la barrière en laiton à fixer.

Les barrières sont fixées sur l’hiloire, tout est prêt pour la peinture.

Une vue d’ensemble de l’arrière terminé. Il reste cependant à peindre et attacher les tirants des pieds de portique. On distingue à tribord, en avant du pied de portique, le tuyau de rejet d’eau, simulé par un scoubidou.

Vue sur le col de cygne et l’échappement en situation.

Voici la partie amovible du pont arrière, permettant l’accès à l’électronique du modèle.

Les charnières proviennent du catalogue Aeronaut. Les portes s’ouvrent pour permettre une ventilation en navigation.

Les flancs sont solidarisés par des renforts contre lesquels la partie arrondie sera collée.

Collage en forme à l’aide de multiples pinces !

La barrière est en fil laiton.

Les soudures sont réalisées à la pâte d’étamage et au chalumeau, puis sont nettoyées à l’acétone.

Les pieds de portique en "kit". On voit sur celui de gauche le bouton d’arrêt d’urgence : un fil de laiton coiffé d’un morceau de gaine thermorétractable rouge.

Les pieds de portique avancent ; il reste à faire les taquets et les boulons, en styrène.

Les pieds sont peints façon métal.

Le col de cygne est en styrène mis en forme au décapeur thermique sur un tube de médicament...

L’échappement est en 3 morceaux de tube laiton, coupés en biseau et soudés à la pâte et au chalumeau.

Le prochain article décrira les accessoires du pont avant, les dalots, les hiloires.