Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

lundi 23 octobre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Les matériaux composites

La stratification sur bois

Philippe Hémery

Il s’agit également d’un domaine d’utilisation des stratifiés polyester ou époxy relativement courant pour les petits budgets que ce soit en industrie ou en modélisme. On y gagne une partie de la construction du mannequin et la fabrication du moule surtout pour une pièce unique.

Cete méthode de construction, outre son gain de temps, présente l’avantage de générer peu de raté, à condition de respecter les quelques particularités (je ne voulais pas dire « consignes ») suivantes :
-  Le choix du bois est essentiel et doit réunir 2 critères : légèreté (basse densité) et bonne porosité (capacité d’absorption). Deux essences communes et bien distribuées réunissent parfaitement ces critères : le samba et le balsa (avec, à titre personnel, une préférence pour le samba, moins fragile).
-  La construction de la coque doit procéder de la même rigidité que le mannequin (revoir). Les couples, dont le champ aura été scotché afin que les lattes ne s’y collent pas, seront ressérés et rigidifiés entre eux. La pose des lattes de bordé sera particulièrement soignée, les lattes seront jointives et collées champ contre champ sur toute la longueur.
-  Une utilisation TRES modérée de mastic et d’enduit sera faite pour laisser une surface composée à près de 100% de bois.
-  Le ponçage ne laissera pas d’arrêtes vives entre les lattes. Et en dernier stade de construction, un dépoussiérage méticuleux sera fait à l’aspirateur autant à l’extérieur qu’à l’intérieur.

A ce stade commence la stratification. Etant donné les qualités mécanique de la coque arrivé à ce stade de la construction, l’échantillonnage du stratifié sera allégé par rapport à une coque stratifiée standard. Ici, un mat 200, indispensable pour que le stratifié accroche sur le bois, suivi d’un tissu moyen, un roving 160 ou 200g sera suffisant (toujours dans le même exemple d’un voilier de 1m).

Contrairement à un travail sur moule (travail en creux), ici nous allons stratifier « par dessus ». La différence est importante car nous pouvons utiliser des bandes de tissus posées dans le sens de la longueur avec un recouvrement du roving uniquement à l’étrave et sur le tableau arrière, recouvrement qui devra se faire de la façon la plus discrète possible. Le mat, quant à lui, sera coupé au ras.

Après avoir absorbé « Moulage d’une pièce », vous savez calculer le poids de l’échantillonnage choisi. Je n’insisterai donc pas.

La stratification commencera par « peindre » la coque avec de la résine. Le pinceau-brosse sera normalement chargé de résine et l’application de celle-ci se fera en tapotant (comme pour imprégner un tissus) pour bien « mouiller » le bois sans générer de coulures. Le mat sera posé délicatement et « fixé » sur la coque, toujours en tapotant, en commencant par le centre puis en s’étalant. Je rappelle que les tissus (même suffisamment imprégnés) mettent un certain temps à devenir transparents et qu’il est inutile de tapoter tant que ce n’est pas le cas.

Comme vu précédemment, c’est au rouleau débulleur que vous allez le poser et le « préimprégner ». Le roving sera posé ensuite selon la même technique.

La stratification bien durcie (environ 24h), va commencer le travail de surface. En toute logique, vous allez commencé par un ponçage en règle de toute la surface en insistant sur les zones de recouvrement afin de les mettre au même niveau que le reste.

Avec une règle que nous allons passer par zone dans le sens de la longueur et du haut vers le bas (le champ de la règle perpendiculaire à la coque), nous allons délimiter au marqueur les zones creuses que nous remplirons avec un mastic de type Mixfill 30, sans rétrain et facile à poncer. Tous les creux ainsi rebouchés (les bosses ayant été poncées), vous passerez (avec une cale de carrossier ou une spatule) sur toute la coque un enduit très fin de type Mixfill 10 qui, une fois poncé est prêt à peindre. De cette manière, nous avons limité, au strict minimum, l’apport de mastic et d’enduit qui, en trop grande quantité, ne font qu’allourdir la coque.