Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

vendredi 18 août 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Construction d’un voilier classe 1m en stratifié d’époxy

Fabrication et pose des supports de treuil, servo de safran et safran.

Philippe Hémery

Après cette phase de la construction de notre Triple Crown 2, il nous restera à préparer la coque et le pont pour la mise en peinture de chacun, le montage de l’accastillage et le collage pont / coque (avec les petites finitions de peinture) avant d’aller naviguer.

Nous allons commencer par le treuil. Comme nous n’avons pas tous le même treuil, le support sera différent pour chacun. Seul le principe de montage du support mérite qu’on s’y attarde.

Pose du support de treuil

La position du treuil, nous la connaissons déjà puique nous avons découpé dans le pont une trappe pour y accéder. Il va donc quelques centimètres en avant de la cloison. Pour réaliser le support, il nous faut connaître la hauteur de la poupée. Celle-ci va être déterminée par l’emplacement du circuit primaire d’écoute.

Voyons le matériel nécessaire : le treuil, les passes-cloison et la poulie de renvoi (photo 1).

La première chose à faire est donc de mettre en place (provisoirement) la poulie de renvoi située à l’arrière du cockpit, là où nous avons posé le renfort. Deux trous à percer et ma poulie est en place. J’y fais passer une tresse nylon d’1 mm de diamètre que je fais tangenter le flanc du cockpit jusqu’à la cloison.

Photo 2

Je simule le circuit d’écoute.

Au crayon gras je fais un repère sur la cloison et je perce à 3 mm pour mettre en place le passage de cloison par l’intérieur. Le circuit d’écoute comprenant un aller et un retour, je note la position du deuxième passage, sur la cloison intérieure, de façon à ce que les deux aillent bien en place, légèrement décalés en hauteur et je perce.

Photo 3

Vue de l’intérieur, la position des passages de cloison.

Ces deux passages de cloison devront se trouver à la même hauteur que la poupée du treuil. Je mesure donc la distance entre l’horizontale du passage du haut et le sommet du pont. Je trouve 20 mm.

Je vais, avant d’aller plus loin dans mes mesures, poser sur le fond de coque un support horizontal en CP de 3 mm qui servira d’assise au support de treuil. Ce dernier fait 25 mm d’épaisseur sur 60 mm de large. Je vais découper une assise de 80 mm par 40 mm dont je biseauterai les bords en appui sur la coque (photo 4).

Je pose le pont sur la coque et je mesure la hauteur entre l’assise et le sommet du pont. Je retranche mes 20 mm et je connais maintenant la hauteur que devra faire l’ensemble support + treuil.

Je n’ai plus qu’à construire en CP de 3 mm ce support qui doit maintenir le treuil fermement mais aussi permettre de le sortir (photo 5).

Il ne me reste plus qu’à stratifier l’ensemble. Je prépare des tissus de 160 g pour l’assise et pour le support qui sera stratifier en même temps sur l’assise et la coque. Auparavant, je poserai le treuil et le pont pour vérifier que le treuil est accessible par la trappe (photos 6 et 7).

Photo 6

Vérification de la position du treuil.

Pose du support de servo de safran et du safran

Cette partie de la construction du bateau ne va pas plaire (ou correspondre) à tout le monde. Avant de la rédiger, j’en ai parlé avec Jean-Luc Béchennec (entre autres), avec le propriétaire du bateau que je construis avec vous (premier intéressé) et j’ai décidé ce qui suit : le safran aura un bord d’attaque droit et perpendiculaire à la ligne de flottaison, la tringlerie de commande sera apparente sur le pont et le servo sera fixé sous le pont (cockpit) et démontable.

Ce choix a été guidé, malgré le dessin du safran sur le plan, par la volonté de faire simple et l’avis personnel qu’un safran au bord d’attaque droit et perpendiculaire à la flotaison a, au moins, d’aussi bonnes performances que les autres. Il suffit pour s’en convaincre de se référer aux voiliers « grandeur », dont je ne connais pas un seul qui n’ait le type de safran que je préconise (à moins que, depuis ...).

Cette précaution étant prise, je vais, comme d’habitude, repérer l’emplacement où je poserai le servo. A l’évidence sur l’axe central, juste derrière la trappe. Les servos étant (contrairement aux treuils) tous de la même forme rectangulaires avec 2 pattes de fixation sur chaque petit coté et percées chacunes de 2 trous.

Le principe de cette fixation à l’envers sous le cockpit se décompose en deux parties. La première consiste à fixer sous le cockpit 2 tasseaux en bois qui vont supporter le servo et règler sa hauteur afin que l’axe passe à travers le cockpit et que le petit « dôme », au centre duquel il se trouve, affleure le stratifié afin que l’on puisse, au moment du montage final (après peinture), y mettre un mastic d’étanchéité (style silicone).

Je prépare donc 2 tasseaux qui font (pour mon servo) 10 mm de large, 20 mm de long et 7,5 mm d’épaisseur. Je les visse sur chacune des pattes, en prenant garde que les vis ne dépassent pas, et, après avoir bien poncer la zone où il vont se placer, je les colle à la cyano (photo 8).

Je dévisse mon servo. Je prépare 2 morceaux de CP de 3 mm faisant la même taille que les support que je colle sous les pattes de fixation. En me guidant par les trous de vis sur les tasseaux je perce ceux-ci à 2,5 mm car je vais utiliser des vis de ce diamètre. Pour ce qui est des plaques de CP, je les perce à 1,5 mm. L’opération est fimie, mais, comme d’habitude, Je vais faire un essai pour vérifier que tout se positionne bien. Je pose donc le servo à sa place et le visse par l’extérieur (photo 9).

Je passe maintenant à la pose du safran et particulièrement du tube de jaumière dans lequel il entre. Là aussi j’avais préparé mes supports en CP stratifié avec mes repères. Par l’extérieur de la coque je n’ai donc plus qu’à percer au diamètre du tube de jaumière. La mêche de safran faisant 3,9 mm, un tube en laiton de 5 mm extérieur (4 mm intérieur) fera parfaitement l’affaire. Je perce donc à 5 mm de façon parfaitement verticale.

Je pose le pont sur la coque parfaitement à sa place et je le scotche afin qu’aucun ne bouge. Par le trou de 5 mm, je fais passer mon morceau de tube de laiton qui, ici fait 250 mm, et dont j’ai limé le bout de manière à ce qu’il soit un peu coupant. Je le maintient bien vertical et je le pousse dans le trou pour qu’il vienne rencontrer le renfort du cockpit. Là, je vais, en forçant un peu, le faire tourner sur lui-même afin qu’il laisse un trace bien visible.

Je « déponte » et je trouve sur le fond du cockpit, en effet, une belle marque blanche sur le stratifié du renfort. Il ne me reste plus qu’à percer à cet endroit. Je reponte le bateau et je fais passer le tube par les deux trous. Je vais faire une marque sur le tube pour la découpe de celui-ci. À l’extérieur de la coque, je le laisse dépasser de 2 mm environ et dans le cockpit : 3 mm. Je coupe le tube et sur toute la longueur de ce qui est devenu le tube de jaumière, je donne de bons coups de lime afin que la colle époxy que je vais utiliser accroche bien (photo 10).

Je prépare de la colle époxy (de l’Araldite, j’en ai besoin de si peu !). Je rentre dans la coque le tube de jaumière et je dépose de la colle tout autour. Doucement, je le fais resortir (pas complètement) afin que la colle, quand je vais le remettre à sa place, entre également dans le trou. Je l’ajuste afin qu’il ressorte de 2mm environ (photo 11).

Pour m’assurer de la verticalité du tube de jaumière pendant le collage, je reponte le bateau et fais ressortir le tube sur le cockpit. Je ne résiste pas à une nouvelle vérification en faisant passer le safran dans le tube par le cockpit et, en prenant appui sur le plat bord, avec une équerre je vérifie de chaque coté la verticalité.

Photo 12

Vérification de la verticalité latérale.

Photo 1

Le matériel du circuit d’écoute.

Photo 4

L’assise du support de treuil. Celle-ci est collée à la cyano et sera stratifiée avec 2 tissus de 160 g après avoir bien poncé la zone concernée.

Photo 5

Le support du treuil.

Photo 7

Stratification de l’ensemble.

Photo 8

Le servo guide le collage des 2 supports.

Photo 9

Le montage du servo pour vérification.

Photo 10

Le pont, la coque et le tube de jaumière.

Photo 11

Le tube de jaumière collé dans la coque.