Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

dimanche 22 octobre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Springers

Springer WC - 2
La caméra embarquée

Thierry Jorissens

 Plusieurs exemples d’utilisation de caméra embarquée ont été vues ici ou là. Le plus souvent, la caméra enregistre les images de l’évolution d’un modèle, et lors de la "rentrée au port" du modèle, on visionne le film sur un ordinateur. Bien, mais à quoi ça sert ?... L’utilité la plus évidente est plutôt à chercher en aviation, où le "vol en immersion" est la "sensation ultime" que recherche le pilote : affublé d’une paire de lunettes monstrueuses intégrant deux écrans vidéos qui reçoivent en temps réel les images transmises par la caméra de son avion, il a l’impression d’être DANS son avion plutôt qu’au sol... Spectaculaire !... et cher... très cher... Ce même usage pour un bateau est ridicule : "voir" dans ses lunettes l’avant de son chalutier à 2 km/h faisant des ronds dans l’eau, bof bof... Et je ne connais aucun inconscient qui ait osé piloter à distance son offshore à 80 km/h depuis ces mêmes lunettes !!! 

L"idée de base

Ma démarche est quelque peu différente et a été initié par le fait qu’un de mes springers est dévolu au dépannage d’autres bateaux en rade à 15, 30 ou 50m de la berge. Mon dépanneur allait alors pousser (puisqu’un springer est un pousseur avant tout...) le bateau en panne, pour le ramener à quai. Mais si cela ne posait aucune difficulté à 10m, il en allait tout autrement à 50m : il est tout simplement strictement impossible de distinguer si le springer est à 1m ou à 5cm du bateau à dépanner... La mission relevait plus du coup de bol que du sauvetage... (à 50m, situer un springer de 45cm au 1/15e équivaut à situer une voiture se trouvant à 500m !)

D’où l’idée d’intégrer une caméra envoyant les images sur un ordinateur portable, pour y voir... exactement ce que le springer voit, là-bas, à 50m, comme si on y était... En y ajoutant deux servos commandant un système "pan-tilt" qui permet en plus d’orienter la caméra de haut en bas et de gauche à droite, le positionnement du springer pour l’accostage du bateau à pousser devient un jeu d’enfant ! Arroser très précisément les inévitables curieux le long de la berge avec une petite lance incendie incorporée au bateau est aussi une autre source d’amusement, que je compte bien intégrer un jour...

Quelle caméra ?

Vue générale du système vidéo intégré. A gauche, l’émetteur (situé dans la coque, sous le pont), avec son antenne. Au centre, la caméra. A droite, le récepteur qui sera relié à l’ordinateur, sur la berge (il peut être alimenté en 12V ou sur secteur). L’ensemble provient de Hobby King, et est vendu moins de 100 euros... - 15.7 ko
Vue générale du système vidéo intégré. A gauche, l’émetteur (situé dans la coque, sous le pont), avec son antenne. Au centre, la caméra. A droite, le récepteur qui sera relié à l’ordinateur, sur la berge (il peut être alimenté en 12V ou sur secteur). L’ensemble provient de Hobby King, et est vendu moins de 100 euros...

L’émetteur permet de sélectionner plusieurs fréquences d’émission, et le récepteur peut en recevoir 4 simultanément. Cela permet le cas échéant d’installer plusieurs caméras dans le bateau pour obtenir plusieurs vues en direct (mais il faut installer autant d’émetteur que de caméras). Attention toutefois, la puce photosensible de ces mini-caméras n’apprécie pas une exposition prolongée en plein soleil. Il faut prévoir une "casquette" à l’objectif.

La caméra utilisée dans le springer, ici déjà installée sur un système
La caméra utilisée dans le springer, ici déjà installée sur un système "pan/tilt" équipé de ses deux micro-servos.

Vu de l’arrière. Le
Vu de l’arrière. Le "pan/tilt" et ses deux micros-servos reviennent à moins de 6 euros...

Le système complet : à gauche la caméra sur son support qui sera solidaire de la partie amovible du pont, à droite l’émetteur dans son support qui sera collé sous le pont fixe. Le raccord blanc désolidarise l’émetteur de la caméra. La prise noire à l’extrême droite est la prise d’alimentation électrique (unique pour l’émetteur et la caméra) qui sera raccordée à une source de courant de 12V (LiPo 3S) (pour diverses raisons je l’ai remplacée par une prise rouge de type BEC
Le système complet : à gauche la caméra sur son support qui sera solidaire de la partie amovible du pont, à droite l’émetteur dans son support qui sera collé sous le pont fixe. Le raccord blanc désolidarise l’émetteur de la caméra. La prise noire à l’extrême droite est la prise d’alimentation électrique (unique pour l’émetteur et la caméra) qui sera raccordée à une source de courant de 12V (LiPo 3S) (pour diverses raisons je l’ai remplacée par une prise rouge de type BEC").

Le pont amovible en place : on distingue bien l’antenne de l’émetteur à droite dans la cabine.  - 27.7 ko
Le pont amovible en place : on distingue bien l’antenne de l’émetteur à droite dans la cabine.

 La caméra retenue est un modèle très courant, mais l’émetteur est moins courant : je l’ai choisi en 900MHz, et en 1500mW. Cette fréquence permet d’éliminer totalement toutes les interférences dues à une radio quelle qu’elle soit. La puissance garantit une image sans parasites malgré les conditions difficiles de transmission que sont l’environnement intérieur du bateau et l’eau environnante ! Attention toutefois, cette fréquence peut être interdite dans certains pays !

Ne vous trompez pas de système ! On voit surtout sur les sites français un autre type de caméras sans fil, souvent appelées "caméra espion". Leur seul avantage est leur taille, très réduite. Mais ces caméras ont beaucoup de défauts rédhibitoires : leur puissance d’émission totalement ridicule de 10mW, leur prix trop élevé, leur fréquence de 2,4 GHz qui les rend inutilisable avec les émetteurs 2,4 GHz... Même "à vue", sans aucun obstacle et en plein air, la distance de réception que les sites annonce est fantaisiste : elle est brouillée dès 20m et totalement inexistante à 30m ! Au moindre obstacle, on ne dépasse plus 15m ! Quant au prix, un ensemble équivalent à celui illustré ci-avant revient 25% à 40% plus cher, malgré une puissance 150 fois inférieure ! Bref, à part si on a de l’argent à perdre pour espionner sa/son collègue dans le bureau d’à côté, aucun intérêt !...
Sur cette photo, les deux caméras de gauche (entre 60 et 70 euros) doivent être alimentées en 9V. Celle de droite intègre son propre accu mais vaut seule, près de 90 euros ! Et toutes sont des 10mW/2,4 GHz...  - 6.9 ko
Sur cette photo, les deux caméras de gauche (entre 60 et 70 euros) doivent être alimentées en 9V. Celle de droite intègre son propre accu mais vaut seule, près de 90 euros ! Et toutes sont des 10mW/2,4 GHz...

Les kits vendus intègrent le récepteur visible à droite, mais le prix de l’ensemble augmente de plus de 50 euros...   - 27.9 ko
Les kits vendus intègrent le récepteur visible à droite, mais le prix de l’ensemble augmente de plus de 50 euros... }} }

La partie du pont amovible qui recevra la cabine. On voit le socle du support de la caméra, au centre duquel un trou permet de passer les fils vers l’émetteur et la batterie. Le trou à droite permet à l’antenne (très grande vu la puissance de l’émetteur !) de pointer verticalement au-dessus du pont, dissimulé à l’intérieur de la cabine. Les trous ronds servent à ventiler l’intérieur de la coque. - 74.5 ko
La partie du pont amovible qui recevra la cabine. On voit le socle du support de la caméra, au centre duquel un trou permet de passer les fils vers l’émetteur et la batterie. Le trou à droite permet à l’antenne (très grande vu la puissance de l’émetteur !) de pointer verticalement au-dessus du pont, dissimulé à l’intérieur de la cabine. Les trous ronds servent à ventiler l’intérieur de la coque.

Le montage final de la cabine. Les câbles des servos du
Le montage final de la cabine. Les câbles des servos du "pan/tilt" et de la caméra elle-même passent par une ouverture pratiquée dans le support de celle-ci, et débouchent sous le pont amovible par le trou pratiqué à l’intérieur du socle du support. Ceux du "pan/tilt" sont connectés au multi-switch par les prises fixées sous le pont (repérées "7" et "8") ; celui de la caméra est relié à l’émetteur par la prise blanche, et à la batterie dédiée par la prise rouge de type "BEC" repérée "12V"). Toutes ces prises sont bien sûr démontables.

La caméra en place : elle est en retrait dans la cabine, et sous le débordement du toit de cette dernière. - 102 ko
La caméra en place : elle est en retrait dans la cabine, et sous le débordement du toit de cette dernière.


-