Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

dimanche 22 octobre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Springers

Black Spriver - La plateforme et l’abri

Thierry Jorissens

Continuons la construction du Black Spriver par la plateforme de la cabine, son escalier, et l’abri de la salle des machines.

Vue d’ensemble - 93 ko
Vue d’ensemble
Cette photo résume l’objet de cet article : la plateforme sur laquelle est fixée la cabine, équipée de ses rambardes et échelles ; l’abri de la salle des machines et ses accessoires (ventilation, cheminée, et tous les tubes ayant chacun un rôle particulier) ; et à droite sur la photo, l’escalier d’accès à la cabine et sa rambarde.

La plateforme et ses rambardes

La plateforme est en ctp 3mm doublé d’une feuille de 1mm. Des trous sont percés dans le ctp de 3 pour y planter la rambarde, réalisée en fils de laiton soudés. Le ctp de 1mm est collé par en dessous pour dissimuler les perçages. Un petit morceau de tube de 1cm (Ø 6mm) est soudé sur une rondelle, elle-même clouée sous la plateforme. Il sera ultérieurement attaché au tube central qui simulera la tige du piston qui actionne la cabine mobile. Des tubes en alu sont fixés aux 4 coins sous la plateforme. Ils servent de guides à la cabine lors du mouvement de celle-ci.

Deux spots de pont sont fixés sous la plateforme, l’un éclairant le pont avant et l’autre le pont arrière. Ils sont fonctionnels, bien sûr !

Deux échelles sont solidaires de la plateforme, l’une à l’avant et l’autre à l’arrière. Celle de l’arrière permet d’accéder à la cabine même lorsque celle-ci est en position haute, tandis que celle de l’avant permet dans les mêmes conditions, l’accès à la plateforme avant située en hauteur, entre les pousseux.

En outre, sous la plateforme et à la verticale de la console du tableau de bord, débouche l’ensemble des 7 fils alimentant la cabine. Ils sont regroupés dans une gaine thermorétractable de 4mm et sont raccordés aux sucres fixés sous l’abri de la salle des machines. Plus de détails dans le prochain article concernant la mécanique de la cabine mobile...

Les dessous de la plateforme - 83 ko
Les dessous de la plateforme
Détail du dessous de la plateforme : on voit à l’avant-plan l’échelle permettant l’accès à la plateforme supérieure avant, quand la cabine est en position haute. Les deux spots de pont sont bien visibles également, inclinés à +/- 45°. On peut voir les tubes noirs fixés à la plateforme, qui coulissent dans les tubes blancs fixés, eux, à l’abri. Les bumpers solidaires de la plateforme, qui viennent buter contre les bumpers des tubes-guides de l’abri, sont bien identifiables également, contre le dessous de la plateforme et à chaque tube noir. La gaine thermo contenant les 7 fils électriques alimentant la cabine est visible au centre, contre les spots.

La plateforme terminée - 83.6 ko
La plateforme terminée
La plateforme, ses rambardes, et les échelles sont peintes en blanc satiné, comme la cabine et l’abri de la salle des machines. Le trou bien visible se trouve juste sous le tableau de bord : c’est par ce trou que passeront les 7 fils électriques alimentant l’ensemble de la cabine.

Sur cette photo de l’ensemble cabine+plateforme+abri toujours en construction, on peut voir beaucoup de détails : la plateforme terminée a reçu la cabine et est enfilée dans les 4 tubes alu servant de guide. Le tube central simulant le corps fixe du vérin est fixé sur l’abri (en rouge au centre). On voit aussi sur l’avant, le petit tube par lequel les fils électriques de la cabine coulissent lors de son mouvement (ils sont regroupés dans une gaine thermorétractable noire de 4 mm). Sous l’abri, à droite sur la photo, on voit les 7 fils en question, qui doivent encore être raccordés.

Voici une photo montrant tous les tubes de la cabine. A gauche, on voit le dessus de l’abri, au centre duquel est déjà collé le tube simulant le corps fixe du vérin actionnant la cabine, et les 4 trous par lesquels passeront et seront collés les 4 tubes-guides, que l’on voit au dessus, sur le pont. Ces 4 tubes-guides seront en outre fixés dans le support de la mécanique de la cabine, que l’on voit à droite de la photo et qui se trouvera tout au fond de la coque (détails complets dans le prochain article). Au centre, sur le pont, on voit le tube qui simulera le piston du vérin de levage de la cabine, et tout en haut, la tige filetée, pièce maitresse du mécanisme. En dessous, on voit les 4 tubes qui coulisseront dans les tubes-guides, et qui sont installés provisoirement sur ce qui va devenir la plateforme de la cabine après "usinage".

Les bumpers installés, côté plateforme - 59.8 ko
Les bumpers installés, côté plateforme
Les bumpers sont ces pièces qui amortissent la cabine lorsqu’elle arrive en position basse. Ils s’appuient sur les autres bumpers situés sur le dessus des tubes-guides, et servent ainsi d’amortisseur en fin de course. Sur la maquette, ils sont en styrène de 1mm.

Voici l’usage des bumpers : ils amortissent la cabine lorsqu’elle arrive en fin de course, en position basse. L’ajustement des 4 bumpers nécessite un peu de soin...

Les 7 fils électriques venant de la cabine mobile passent dans le petit tube collé à l’avant de l’abri, pour être raccordés aux sucres dans l’abri. Il reste à installer la gaine thermorétractable pour la finition.

L’escalier d’accès à la cabine

L’escalier principal est solidaire du pont arrière. Il est en styrène de 1mm, les marches sont représentées par du cerclage d’emballage. Les rambardes sont en fils de laiton soudés.

L’escalier d’accès à la cabine - 91.6 ko
L’escalier d’accès à la cabine
Les montants et les marches sont en styrène 1mm, les rambardes en fils laiton 2mm (1mm pour la filière). Cet escalier est lui aussi peint en blanc satiné.

L’escalier en situation sur la maquette - 110.8 ko
L’escalier en situation sur la maquette
Après peinture, l’escalier est installé sur son pilier de soutien et collé sur le grillage couvrant le pont arrière, sa petite plateforme positionnée à 2mm de la plateforme de la cabine. Un morceau de tube et une rondelle donnent une touche de réalisme au pied du pilier de soutien.

L’abri de la salle des machines

Il occupe toute la partie centrale du pont, ne laissant qu’un simple passage étroit entre le pavois et l’abri. Sur ce dernier on trouve les deux cheminées et deux aérations. Un accès (une simple trappe) permet dans le vrai bateau l’accès à la salle des machines. Sur la maquette, il cache trois interrupteurs (voir cet article). Sur le dessus de l’abri, à chaque coin, on trouve les 4 tubes qui servent de guides à la cabine mobile. Ils descendent jusqu’au fond de la coque. On trouve aussi au centre, un tube fixe qui représente le corps du vérin qui, dans le vrai bateau, actionne la cabine. Sur la maquette il ne s’agit pas d’un vérin mais d’un autre tube qui coulisse dans celui qui représente le corps du vérin, entraîné par un moteur grâce à une tige filetée. Le prochain article décrira le principe en détail.

Sur la maquette, l’abri cache en fait toute la mécanique de la cabine mobile. Sa hauteur (6 cm) cumulée à celle de la coque (13 cm) permettra un débattement de la cabine de 15 cm.

L’abri est prêt, peint, les tubes-guides collés. L’équipement de l’abri va pouvoir être réalisé.

En rouge, le corps du vérin est collé. C’est un tube de 10mm chapeauté d’une rondelle soudée, par le trou de laquelle passe le vérin (un autre tube de 6mm enfilé sur la tige filetée qui commande le mécanisme de la cabine). On voit l’extrémité de cet autre tube dépassant du vérin, extrémité qui sera attachée par un boulon de 2mm au morceau de tube fixé sous la plateforme de la cabine.

Les cheminées et aérateurs peints, il reste à faire les petits détails sur l’aération.

Les accessoires de l’abri - 67.6 ko
Les accessoires de l’abri
Gros plan sur une des cheminées, et sur un aérateur. Sa forme faisant penser à un champignon, et le câble qui lui est relié me laisse supposer que cet accessoire à aussi d’autre(s) fonction(s), mais j’avoue ne pas avoir compris lesquelles...

Les spots du pont - 71.3 ko
Les spots du pont
Ils s’allument en même temps, l’avant et l’arrière du pont sont ainsi éclairés. La puissance des LEDs est très largement suffisante !

La plateforme est en deux épaisseurs : une de ctp de 3mm qui sera perforée à l’endroit où seront implantés les piliers de la rambarde (perforations en cours sur la photo !), et une autre de ctp de 1mm qui sera collée dessous. Cela permet d’obtenir des trous de 3mm exactement pour enfoncer les piliers.

Les rambardes sont en fil laiton de 2mm pour les piliers et la partie supérieure ; la filière intérieure est en fil laiton de 1mm. Les fils sont pliés à la bonne dimension grâce à une plieuse provenant du catalogue Multirex plutôt qu’avec des pinces, pour garantir des angles corrects.

Les piliers sont perforés à 1mm pour y enfiler la filière. Ils sont enfoncés dans la plateforme, et comme le dessus des piliers est limé à la fraiseuse pour obtenir une empreinte ronde permettant à la partie supérieure de la rambarde de s’y loger, l’ensemble "tient tout seul". Il reste à étamer chaque croisement de fil avec de la pâte à étamer, et passer l’ensemble sous le chalumeau.

Voici le résultat de la soudure, après nettoyage de celle-ci. Un dégraissage complet à l’acétone est ensuite suffisant pour permettre la mise en apprêt à la bombe, puis en peinture, toujours à la bombe.

Les échelles avant et arrière solidaires de la plateforme sont en fil styrène de 2mm pour les montants, et 1mm pour les marches. Celles-ci sont enfilées dans des trous de 1mm effectués dans les montants tous les 18mm.

L’échelle avant est centrée. C’est celle qui permet l’accès à la plateforme supérieure avant. Des trous perforés dans la plateforme permettent l’insertion des montants. Des équerres permettent de s’assurer du bon positionnement, et des renforts en styrène 2mm collés en oblique entre la plateforme et les montants garantissent la solidité de l’ensemble.

Cette pièce, constituée d’un morceau de tube de 5mm soudé sur une rondelle elle-même perforée de 6 trous grâce à un petit plateau diviseur monté sur une fraiseuse, est clouée (à la cloueuse manuelle Amati) sous la plateforme, juste en son centre. Ce morceau de tube sera enfilé dans le tube simulant le vérin actionnant la cabine, et y sera fixé grâce à un boulon de 2mm traversant les deux tubes ainsi emboités. Ceci est nécessaire par le fait que la construction de la cabine et de la plateforme est indépendante de celle de l’abri et du reste du mécanisme. Cela permettra notamment, outre l’assemblage de ces éléments, un démontage aisé en cas de maintenance ultérieure.

Voici la plateforme à l’envers, ses tubes sont fixés (la pièce avec le gros trou n’est qu’un gabarit qui sera enlevé). On voit au centre de la plateforme, le petit morceau de tube qui s’enfilera dans le tube silulant le vérin, auquel il sera fixé par un boulon de 2mm traversant le tout, rendant ainsi la cabine démontable pour d’éventuelles interventions.

On distingue bien la pièce centrale démontable qui solidarise la cabine à son piston. Les bumpers de la cabine et ceux de l’abri sont aussi visibles. Le tube simulant le vérin est recouvert d’alu brillant autocollant, tandis que les tubes solidaires de la cabine sont peints en noir mat et légèrement graissés pour faciliter leur coulissement dans les tubes-guides. A droite on voit l’autre échelle permettant d’accéder à la cabine lorsqu’elle est en positon haute, à l’arrière de la plateforme. Elle est décentrée car elle se situe en face de la petite plateforme de l’escalier d’accès principal, lui-même décentré. Comme l’échelle avant, celle-ci est aussi en fil styrène de 2mm pour les montants et les renforts en oblique, les marches étant en styrène 1mm.

Cette série de trois photos montre la réalisation des bumpers en styrène de 1mm.

La cabine va être collée, elle est hors cadre, au-dessus, et l’on voit les 7 fils électriques qui traversent la plateforme, à la verticale du tableau de bord.

L’escalier est construit en styrène de 1mm. Les montants sont calés contre des morceaux de bois, et un gabarit est mis en forme pour garantir une inclinaison et un espacement identiques entre chaque marche prédécoupée. Chaque marche est recouverte d’un morceau de cerclage d’emballage imitant les stries des marches antidérapantes, puis la rambarde est ajustée. Enfin, les montants et la filière (enfilée dans les montants comme pour la rambarde de la plateforme) sont à leur tour plantés dans la petite plateforme supérieure en CTP de 4mm. De la pâte à étamer et un coup de chalumeau soudent chaque intersection de fil laiton, puis un décapage à l’acétone suivi d’une couche d’apprêt puis de peinture blanc satin finissent l’escalier.

Comme à mon habitude, je dessine un plan millimétré de chacune des pièces à construire, surtout si ces pièces sont inclinées, comme cet escalier, qui doit être minutieusement conçu pour que les marches soient horizontales, les rambardes verticales, et le niveau de la plateforme à la bonne hauteur... En outre, ces plans (à l’échelle 1 de la maquette) permettent par exemple de préparer les pliages des rambardes avant leur soudage.

Construction de l’abri en 5 étapes - 47.3 ko
Construction de l’abri en 5 étapes
Les pièces de l’abri (un simple cube sans fond) sont découpées dans du ctp 3mm. Elles sont assemblées et posées à blanc sur le pont pour s’assurer des bonnes dimensions. Au passage, on a découpé la trappe d’accès à la salle des machines (qui dans la maquette abritera 3 interrupteurs - dont la mise sous tension), ainsi que les trous pour fixer les tubes-guides, le corps du vérin, et le tube de guidage des fils électriques. Après mise en apprêt, on fixe l’abri au support du mécanisme de la cabine mobile, par l’intermédiaire des 4 tubes-guides. Enfin, les bumpers équipent le sommet des tubes-guides, puis le petit tube par lequel les 7 fils électriques de la cabine seront guidés, est collé à l’avant.

Un hiloire est collé à la Stabilit Express autour de l’emplacement où sera installé l’abri. Il ne sert pas à étancher cet endroit puisque l’abri sera collé ! Il ne sert qu’à augmenter la surface de collage, car tout le poids du pont équipé sera supporté par ce collage.

L’ensemble de la cabine (non visible sur la photo, elle est au-dessus, hors cadre), de l’abri, et du mécanisme de la cabine, est prêt à être collé sur le pont, autour de l’hiloire. La trappe d’accès et son articulation sur l’abri est bien visible sur cette photo.

Détail de construction des accessoires de l’abri - 28.2 ko
Détail de construction des accessoires de l’abri

Photos du haut : les aérateurs sont constitués d’un tube de rouleau de machine à calculer, d’un rond de bois percé qui y est inséré, d’un tube à son tour introduit dans le rond de bois, et d’un chapeau provenant d’un pied d’ordinateur...

Photos du milieu : les tuyaux d’échappement sont deux morceaux de tube laiton de 5mm coupés l’un à 45° l’autre à 60° puis soudés. Ils sont collés sur le corps de la cheminée composée de quelques morceaux de ctp 3mm.

Photos du bas : des morceaux de grilles provenant d’enceintes sont découpés, et entourés de profilés Evergreen en L. Les grilles sont collées contre le corps des cheminées.

Préparation des spots  - 62.4 ko
Préparation des spots
Les spots proviennent du catalogue Cap Maquettes. Ils sont livrés sans éclairage. J’y ai installé une LED de 3mm qui rentre au chausse-pied. La matière du spot étant du plastique, il n’y a aucun risque de court-circuit, par contre la soudure des pattes des LEDs sur les fils électriques pose le problème de la fonte de ce plastique... De la prudence et de la rapidité dans le travail de soudure sont indispensables !

Les deux spots sont collés l’un à l’autre avec un décalage de 90°. Les LEDs sont raccordées en série, il y a deux pattes à souder sur les fils d’alimentation, dans un espace d’à peine 6mm. C’est un travail de précision !

Le plus difficile avec les spots du pont, est de souder les fils aux pattes de chaque LED de 3mm insérée dans le minuscule spot en plastique. Il ne faut pas toucher le spot avec le fer, et il n’y quasi aucun jeu dans les fils qui doivent traverser le plancher pour être raccordés sur la petite plaquette des résistances qui se trouve à l’intérieur du tableau de bord de la cabine (voir cet article), avant de redescendre (pour l’un d’entre eux) dans la gaine thermorétractable.

Dans le prochain article, le mécanisme de la cabine mobile sera décortiqué !