Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

lundi 22 mai 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Springers

Black Spriver - La coque

Thierry Jorissens

Après le Springer classique, l’original hybride Spriva, et le Springer WC plus technique, je vous propose le "Black Spriver", un springer américain bien sûr, dont le rôle pourrait être assimilé à un remorqueur portuaire. C’est un "Day Boat" comme ils l’appellent outre atlantique, "pousseur de port" chez nous. Ils sont prévus pour déhaler, charger et décharger les barges de poussage dans les bassins des ports, voire, sur de courtes distances, dans les canaux.

Voici le modèle original de la maquette que j’ai appelée
Voici le modèle original de la maquette que j’ai appelée "Black Spriver". On le voit à gauche, cabine descendue, et à droite, levée au maximum : ce sera une animation à reproduire absolument !

La maquette terminée. - 192.1 ko
La maquette terminée.

Le black Spriver avec cabine relevée. - 261.6 ko
Le black Spriver avec cabine relevée.

J’ignore tout de l’original, même son nom, puisque pour réaliser la maquette, je suis parti des seules sept photos que je connais de ce pousseur, trouvées sur le net... Comme j’avais envie de réaliser cette fois un springer ultra-réaliste (à quelques entorses à la réalité près...), j’ai donc commencé par dessiner des plans, en prévoyant toutes les animations qui m’intéressaient, à savoir :
-  un éclairage intérieur et extérieur ;
-  les feux de route, les feux de mât et une corne de brume ;
-  une cabine mobile, montant et descendant de 15cm ;
-  deux treuils fonctionnels sur le pont ;
-  un vérin mobile sur le pont à l’arrière, simulant l’action du vérin commandant les safrans.

LA COQUE

Le profil de la coque est modifié (tout en restant strictement conforme à celui de certains springers) pour loger le mécanisme de la cabine mobile. Ce mécanisme occupant tout l’espace central intérieur, l’accès aux entrailles ne peut être garanti que si le pont entier est amovible. J’ai donc reproduit le schéma déjà décrit dans le premier article de cette série, à savoir un "couvercle" (le pont) qui s’emboîte sur une hiloire entourant la coque entière.

Le profil est plus
Le profil est plus "carré", pour disposer d’un espace maximal à l’intérieur de la coque pour y disposer le mécanisme de la cabine mobile. On voit ici le pourtour de la coque et les pièces qui formeront l’hiloire du pont.

Le gros-oeuvre de la coque terminé, avec le pont emboîté. - 117.8 ko
Le gros-oeuvre de la coque terminé, avec le pont emboîté.

LE PONT

Le pont est donc un "couvercle" qui s’emboîte sur la coque. Un joint en mousse assure l’étanchéité. En son centre, une grande ouverture carrée est découpée, qui recevra l’abri de la salle des machines. Cette superstructure reçoit les cheminées des moteurs, et des aérateurs. Elle sert aussi de guide aux 4 tubes supportant la cabine montante. En outre elle abrite une trappe d’accès qui dissimule les interrupteurs.

Le pont équipé de l’abri de la salle des machines. On voit bien la trappe d’accès (qui dissimulera des interrupteurs), les 4 trous en carré pour les tubes de guidage de la cabine mobile, et le trou central du piston de soulèvement de la cabine. - 156.5 ko
Le pont équipé de l’abri de la salle des machines. On voit bien la trappe d’accès (qui dissimulera des interrupteurs), les 4 trous en carré pour les tubes de guidage de la cabine mobile, et le trou central du piston de soulèvement de la cabine.

Tout le pourtour du pont est garni d’un pavois, assez important à l’avant. Les deux pousseux particulièrement impressionnants laissent supposer que cette unité opère sur des barges de très grandes capacités.

Les pavois du pont. Il manque les pousseux et le pavois avant. - 142 ko
Les pavois du pont. Il manque les pousseux et le pavois avant.

Les pousseux terminés, avec leurs boudins de mousse protecteurs. - 212.8 ko
Les pousseux terminés, avec leurs boudins de mousse protecteurs.

A l’avant, on trouve un fût d’huile, deux treuils fonctionnels et divers cordages. A l’arrière, une plate-forme en treillis métallique cache le système de gouvernail à vérin (reproduit, mobile - il est couplé au servo de direction - mais non fonctionnel à proprement parler), et une bitte de remorquage permet diverses utilisations lors des manœuvres au port. Là aussi, plusieurs cordages sont épars. L’escalier d’accès à la cabine est solidaire du pont. Un prochain article décrira en détails tous ces équipements de pont.

Le pont avant est garni de treuils, d’un fût, de cordages etc. Un prochain article décrira ces équipements. - 160.1 ko
Le pont avant est garni de treuils, d’un fût, de cordages etc. Un prochain article décrira ces équipements.

Le pont arrière est couvert par un grillage de protection, sous lequel se trouve notamment le vérin et le mécanisme des safrans (voir médaillon). Ce mécanisme est reproduit et sera lui aussi, détaillé dans un prochain article. - 169.1 ko
Le pont arrière est couvert par un grillage de protection, sous lequel se trouve notamment le vérin et le mécanisme des safrans (voir médaillon). Ce mécanisme est reproduit et sera lui aussi, détaillé dans un prochain article.

La coque de base terminée.

L’hiloire du pont amovible est collée à l’intérieur de la coque. Un joint sera collé sur le pourtour de celle-ci, et le pont viendra s’emboîter sur l’hiloire et s’appuyer sur le joint.

Le pourtour du pont est d’abord collé en place, contre l’hiloire. Une feuille de plastique (feuille fraîcheur) est insérée entre l’hiloire et le pourtour du pont afin d’éviter de coller ces éléments entre eux. Une calle de l’épaisseur du joint en mousse est insérée entre le pourtour de la coque et le pourtour du pont.

Ensuite le pont est collé sur son pourtour. Les cales sont toujours en place. Plus tard, un deuxième joint en mousse sera collé sur le dessus de l’hiloire, garantissant ainsi une totale étanchéité.

Les 5 pièces composant l’abri de la salle des machines, et l’ouverture du pont sur laquelle il sera collé. La hauteur de la coque plus la hauteur de cet abri permettra de disposer d’un espace suffisant pour loger le mécanisme assurant un déplacement vertical de la cabine mobile de 15 cm.

Les pavois sont découpés, et équipés de nombreuses équerres de renfort. Toutes ces pièces sont en CTP 1mm.

Les morceaux de pavois rectilignes renforcés de leurs équerres sont collés sur le pont. Un masticage permet de lisser le raccord.

Les coins à l’arrière sont arrondis et inclinés, comme les pavois. J’ai réalisé ces raccords en balsa, limés et poncés pour respecter une continuité entre les pavois latéraux et arrière.

Un masticage permet là aussi, de lisser les raccords.

Une fois le tout peint, tout est intégré, tout est lisse, et les "coins" sont renforcés par l’épaisseur du balsa.

Les pousseux sont très imposants, et réalisés en CTP de 18mm, doublés de chaque côté d’une plaque de CTP de 1mm débordant de 5mm pour intégrer les marches d’accès au sommet (voir photos suivantes). Ils s’avèrent un peu lourds, j’aurais dû les faire creux... Mais au moins, ils seront solides !...

Voici les différentes marches, en CTP 1mm. Le principe de découpe garantit que chaque marche sera identique !

Un gabarit a été confectionné pour coller (à la cyano) chaque marche à distance égale et avec le bon angle. Une des deux joues est collée sur un côté du pousseux, l’autre joue sera collée lorsque toutes les marches le seront.

Voici les pousseux terminés, peints, avec leurs poignées latérales et leur bite supérieure. Il restera à les équiper d’une rambarde lors des finitions.

L’installation des pousseux nécessite l’utilisation de gabarits pour assurer leur positionnement correct.

Les pousseux sont vissés par dessous le pont ; ils sont indestructibles !

Prochain article : la mécanique de base et la radio.