Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

mardi 27 juin 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Construction d’un voilier classe 1m en stratifié d’époxy

Construction du moule de pont

Philippe Hémery

De la même façon que l’article précédent Construction du moule de coque, je ne vais pas m’éterniser sur la construction d’un moule de pont car l’opération est exactement la même que pour la coque.

Ce court article est plutôt prétexte à vous montrer les photos références des phases de la construction.

Comme pour la coque, j’ai décidé de faire costaud et très rigide pour ne pas avoir à ajouter des « rigidificateurs » supplémentaires. Je le rehausserai de quelques centimètres à l’aide de cales collées afin qu’il ne pose pas directement sur mon plan de travail.

Je passerai donc 5 couches de mat 300 g bien débullées après 2 couches épaisses de gel coat.

Photo 1

Le moulage est terminé.

Le lendemain de cette opération, le démoulage va se passer sans aucun problème. Par contre, sur le coté gauche du moule je note plein de petites bulles qui se sont formées au moment du passage du gel coat au pinceau. Sur cette zone, j’ai du vouloir trop charger en lissant ce qui a emprisonné des bulles d’air dans les poils du pinceau. Une bonne leçon à retenir !

Photo 2

Démoulage du moule de pont.

Je vais donc devoir poncer légèrement le moule afin de le dépolir. Puis je préparerai du gel coat dans une soucoupe (pour pouvoir le prendre facilement avec une spatule large). A l’aide de cales de carrossier (spatule métallique fine et au bord parfaitement droit) je vais remplir ces petites bulles et tenter de lisser toute la surface poncée.

Photo 4

Le moule a été enduit. À noter la soucoupe et les cales de carrossier qui seront nettoyées une fois le gel coat durci.

Un nouveau poncage sera nécessaire avec un papier très fin suivi d’un polissage à la pâte à polir avec une disqueuse munie d’une peau de mouton.