Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

lundi 23 octobre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Construction d’un voilier classe 1m en stratifié d’époxy

Moulage d’une coque

Philippe Hémery

Cette partie de la réalistion d’un voilier classe 1m, je l’ai déjà longuement traîtée dans un précédent article paru dans la rubrique Techniques de construction.

Je ne vais donc pas m’étendre sur l’aspect calculs de l’échantillonnage, etc...

Je vais simplement vous rappeler, photos à l’appui, les différentes phases du moulage.

Donc, dans un premier temps, après avoir déterminé la qualité des bandes de tissus, leur emplacement et leurs dimensions, je vais commencer par la découpe et le « rangement » de ces bandes dans l’ordre dans lequel elles seront posées (voir photo 1).

Photo 1

Le tissus est prêt.

Ne connaissant pas les éventuelles difficultés que je vais rencontrer ni le temps que je vais passer, je décide de mouler en 2 fois.

Je vais préparer mes tissus et ma résine seulement pour la première couche. Cela commence donc par la pesée du tissus (voir photo 2).

Etant donné le résultat de cette pesée, je devrai préparer 43 g de résine. Mais comme j’ai décidé de ne pas mettre de gel coat pour une question de gain de poids (il sera remplacé plus tard par le propriétaire avec une jolie peinture à son goût), je dois passer légèrement la coque au pinceau imbibé. J’estime ce surcroît de consommation de résine à la moitié du poids du tissus soit 20 g que j’ôterai du poids de la deuxième couche.

Je pose donc la première bande de tissus qui s’imbibe grâce à la résine présente dans le moule (voir photo 3).

Photo 3

Pose de la première bande.

Je procède de la même manière pour les autres bandes en insistant bien sur les chevauchements de tissus. Une fois la première couche posée, je prépare à nouveau la résine pour les tissus restants (moins 20 g), et je commence la pose avec le rouleau débuleur qui va plaquer le nouveau tissus et faire resortir le trop-plein de résine.

Je finirai au pinceau en imbibant légèrement les zones restées blanches. Le dernier coup sera donné par le débuleur qui chassera les bulles qui auraient pu s’emprisonner entre les deux couches (photo 4).

Le lendemain matin, le travailleur et le moule bien reposé, je procède au démoulage qui ne pose aucun problème (photo 5).

Photo 5

Démoulage réussi.

La Jauge obligeant les bateaux à avoir sur l’étrave une bande d’1cm d’épaisseur de caoutchouc comme défense, l’étrave de notre bateau est plate et ressemble à un long et fin triangle pointe en bas. À mouler, cette partie là est pratiquement impossible à réaliser avec des tissus tissés.

J’ai donc pris la décision de couper le moule à cet endroit là. Il n’y a plus d’étrave, les deux cotés sont ouverts et les tissus débordent sur l’avant (photo 6).

Il me faut donc reconstituer cette étrave. Sur un support lisse, j’ai stratifié 3 couches de 160 g qui me donnent une feuille de stratifié lisse et rigide dans laquelle je découpe l’empreinte de l’étrave relevée sur le dessin des couples (photo 7).

Photo 7

Il suffit de reporter au crayon le contour de l’étrave et de découper à la scie à chantourner.

Pour augmenter la surface d’appui pour le collage, je colle 2 baguettes de 3×3 de chaque côté de l’étrave (photo 8), j’enduis bien cette partie de colle époxy (résine + microballon), je pose l’étrave découpée en place que je maintient à l’aide de ruban adhésif (photo 9).

Photo 9

Collage de l’étrave.

Une fois sec, il me suffit de bien poncer les bavures qui dépassent et l’étrave est reconstituée tout aussi rigide et solide que moulée avec l’ensemble (photo 10).