Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

dimanche 30 avril 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Construction d’un voilier classe 1m en stratifié d’époxy

Mise en place des renforts d’accastillage

Philippe Hémery

A la fin de l’article précédent, nous avons laissé notre TC2 avec ses premiers et principaux repères.

Grâce à eux, nous allons pouvoir tracer les secondaires et avec ceux-ci la position du mât, de la quille, du safran et d’une partie de l’accastillage.

Nous avons remarqué que le pont était trop long sur l’avant et qu’il débordait sur les cotés. Je vais donc le mettre aux bonnes dimensions.

Pour ce faire, je vais à nouveau utiliser les scotchs rouges pour bloquer le pont exactement à sa place. Avec un crayon gras, tout en appuyant modérément sur le pont (attention de ne pas le déformer), je vais tracer sous le pont le long de la coque la partie qui dépasse.

Photo 1

Repérer la partie qui déborde.
PS. Pour les besoins de la photo, et n’ayant que 2 mains (décidément mal foutu), je n’appuie pas sur le pont à l’endroit où je trace. Ne faites pas cette erreur !

L’échantillonage du pont n’étant constitué que de 2 couches de tissus de 160 g, il est possible de découper sur le trait la partie en trop avec une bonne paire de ciseaux (photo 2).

Le pont est maintenant aux bonnes dimensions et je vais pouvoir y tracer tous les repères nécessaires. En effectuant l’opération précédente, vous avez dû noter deux choses : le stratifié est suffisemment translucide pour que l’on voit facilement un trait ou une marque à travers ; le trait de crayon ne marque pas partout et surtout sur les zones lisses.

Pour remédier à ce dernier problème et étant donné qu’il ne faut surtout pas « toucher » à la surface extérieure, nous allons donner un coup de ponçage à la main sur la surface intérieure du pont sur laquelle seront notés les repères. ce ponçage doit être suffisant pour faire "blanchir" le stratifié. Puis, un coup d’aspirateur !

Le premier repère que je vais tracer est l’axe central. A l’avant, je dois trouver 16 mm : un petit trait à 8 mm. Pour l’autre repère je vais me positionner avec mon réglet métallique (de 30 cm) contre la cloison. Suffisemment souple, mon réglet épouse parfaitement le bouge du pont. Je prends la mesure d’un bord à l’autre et marque un repère au milieu. Je n’ai plus qu’à tracer l’axe central entre ces deux petits repères, et je fais le même chose pour le cockpit.

Je reviens sur le pont où seront fixées 3 cadènes pour la fixation de la bôme de foc. Pourquoi 3 ? Parce que tous les autres bateaux en ont 3 et qu’on peut faire aussi bien. Ces cadènes sont respectivement à 150cm, 170cm et 200cm de notre étrave (sans compter la défense en caoutchouc de 10mm).

Je trace un repère sur l’axe pour chacune ainsi que les dimensions du renfort en CP de 3mm que je vais, dans un deuxième temps, coller et stratifier dessous.

Photo 3

Les repères de cadènes. À noter : le réglet métallique indispensable pour les surfaces qui ne sont pas planes.

Je vais procéder ainsi pour tout l’accastillage dont je peux actuellement définir l’emplacement. C’est le cas du safran pour son tube de jaumière, de la cadène de pataras, du « post » (tube traversier qui reçoit en premier l’écoute de grand’voile), de la poulie de renvoi du système primaire d’écoute et de la poulie à émerillon qui renvoit l’écoute de GV du « post » sur le circuit primaire d’écoute (photos 4 et 5).

Photo 4

L’accastillage déjà repérable. À noter le « post » et son tube-gaine bleu traversier dont il faudra régler la hauteur par rapport à la grand’voile.

De la même manière que j’ai opéré pour les cadènes avant, je vais ici noter le positionnement de l’accastillage et les dimensions des renforts.

Photo 6

Repères de l’accastillage et renforts arrière.

Je vais maintenant confectionner les renforts en CP marine de 3 mm (7 plis). Une fois découpés aux dimensions, je vais les chanfreiner (bisauter les bords) afin que le tissus qui va venir dessus épouse au mieux et sans buller tout le renfort (photo 7).

Je vais préparer une colle en utilisant de la résine SR 1500, du durcisseur SD 2507 (rapide, environ 15’ à 20°) et du microballon. Je n’en ai pas besoin de beaucoup et je vais donc préparer 10gr de résine et 3gr de durcisseur que je vais bien mélanger avant d’y ajouter progressivement du microballon jusqu’à obtenir une pâte bien omogène. Au final, le volume de résine aura au moins triplé (photo 8).

La colle est prête, alors, après avoir redonner un coup de ponçage sur et autour de l’emplacement du renfort (aspirateur), je colle en disposant sur le stratifié une bonne dose de ce mélange, puis j’amène le renfort CP sur la colle et je presse en faisant déborder la colle par les cotés et en vérifiant que le renfort est bien à sa place par dessous. Je racle les bords du CP pour enlever le trop-plein de colle.

Photo 9

Tous les renforts sont collés.

En attendant que la colle prenne, je vais découper les morceaux de tissus de verre que je vais stratifier. Je vais donc mettre 2 couches de 160gr et je vais les découper de façon qu’ils débordent d’environ 2cm de chaque cotés du renfort.

Photo 10

Les tissus sont découpés.

Je vais à nouveau préparer un peu d’époxy, 10 g suffiront largement. Dès que la colle à gélifiée, je tamponne au pinceau un peu de résine sur et autour du renfort avant d’amener le premier tissus qui s’imbibe facilement, puis le deuxième en tapotant avec mon pinceau et en essayant de réduire au minimum les bulles sur les cotés du CP (photo 11).

Ce qui termine la phase de pose des renforts d’accastillage.

Pour résumer, j’ai posé sur le pont des renforts pour : les cadènes de bôme de foc, l’écrou de fixation de la quille, la gaine du « post », la poulie de renvoi de l’écoute de GV, la poulie de renvoi du système primaire d’écoute, le passage du tube de jaumière et la cadène de pataras. Dans la coque je n’ai posé que le renfort du passage du tube de jaumière.