Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

samedi 16 décembre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Accastillage et accessoires

Les voiles des vieux gréements

Albertus

Petite précision préalable :
Nous parlons ici de maquettes de voiliers, pas de modèles de vitesses avec des voiles en papier calque, dont je ne connais rien.
Si des lecteurs veulent développer le sujet dans ce sens, qu’il prennent la plume et rédigent un ou plusieurs articles sur le sujet.
C’est avec plaisir que je les publierais

Pour la confection des voiles, il faut privilégier du coton fin, genre tissus de mouchoir de poche pour les plus petites échelles, drap de lit pour les plus grandes.
Mon Hoogard au 1/15e avait ses voiles en calicot, super beau, mais un peu lourd quand même

Si on désire teinter le tissus, il faut le faire avant de découper les voiles.
Il faut aussi faire bouillir le tissus pour le faire rétrécir avant de le teinter et de le couper, sinon on risque d’avoir des voiles trop courtes

Pour la teinte, le meilleur choix reste d’utiliser les pastilles Dylon qui sont garanties grand teint (fixées au sel). La teinte obtenue dépend du nombre de pastilles par m2 de tissus trempé, puisque le pigment s"épuise. Un bon truc est de tremper les voiles une à une, car on obtient ainsi un jeu de voile différemment coloré. Normal, si on réfléchi que par exemple la grand voile est plus souvent sortie que le flèche, et donc sera plus décolorée

gamme de teintes intéressantes Dylon. La teinte épuisée (rectangle du bas) est mieux adaptée à la représentation réaliste d’une voile de vieux gréement - 59.4 ko
gamme de teintes intéressantes Dylon. La teinte épuisée (rectangle du bas) est mieux adaptée à la représentation réaliste d’une voile de vieux gréement

Pour le gonflant, si on en donne en effet aux voiles de course en papier calque ou en plastique collées, en vieux gréement RC on n’en donnera pas.
-  Par contre il est important de transfiler la ralingue et non la coudre, pour lui permettre de glisser ses torons et ainsi de laisser prendre à la voile du gonflant sous l’effet du vent

Personnellement j’utilise du drap de lit usé ou du mouchoir.
Le T-Shirt récup va bien aussi !
-  Il faudra le faire rétrécir avant de confectionner les voiles, sous peine de se retrouver avec des voiles au 1/20 sur un bateau au 1/15 !
-  Et puis en rétrécissant, le tissus sera plus étanche au vent, mais il faudra malgré tout l’imperméabiliser
Les bombes ne conviennent vraiment que pour régénérer l’imperméabilisation, qu’il vaut mieux faire par trempage (produits chez Decathlon)

Si généralement les plans de modélisme sérieux proposent un plan de voile détaillé, il est prudent de commencer par découper les voiles dans du carton léger afin de s’assurer que la voile finie se positionnera correctement en place, une erreur de construction ( ! ?) pouvant induire une différence notable entre ce qui est prévu par le plan et ce qu’on a réellement obtenu. On présente alors les gabarits de voiles en place, et si c’est correct, on découpe le tissus d’après ces gabarits, en n’oubliant évidemment pas d’ajouter la matière nécessaire à la confection de ourlets. Les empiècements de renforts seront eux aussi découpés d’après gabarits

Photo 1 - 12.4 ko
Photo 1
Découpe des voiles : à gauche le gabarit en carton de la grande voile et des différents renforts. À droite, les découpes de toile. A remarquer que les empiècements de renfort sont découpés double miroir et fixés de chaque côté de la voile

Quand tout est fait, on demande à une couturière expérimentée de piquer à la machine pour fixer les ourlets. La simulation des lés sera dessinée au crayon sur le tissus et matérialisée par deux traits espacés de 3mm : distants de 40mm (au 1/15e).

Très gros plan sur le point droit. En haut un point court et en bas un point long.  Les machines à coudre permettent en effet de régler la longueur des points, donc leur nombre par ccentimètre - 180.3 ko
Très gros plan sur le point droit. En haut un point court et en bas un point long. Les machines à coudre permettent en effet de régler la longueur des points, donc leur nombre par ccentimètre

Il suffira à la couturière de piquer sur les traits de crayon avec un point droit court, en piquant des lignes bien rectilignes et parallèles

Donc le principe est celui-ci Les voiles sont en réalité constituées de bandes de tissus cousues ensemble. Ces bandes, appelées laizes, font une soixantaine de cm de largeur, et son cousues ensemble par un double ourlet, avant de confectionner la voile


Même les modèles de musées trichent : ils simulent l’ourlet de raccord entre les laizes en pliant le tissus en forme de z et en piquant de chaque côté du pli.

Par facilité et pour conserver la souplesse du tissus, nos coutures des laizes seront fausses pour garantir la souplesse de la voile. Je n’ai jamais vu de voilier RC avec des voiles réalisées en laizes cousues entre-elles. Au 1/15e celles-ci devraient faire 4,5 cm de large avec des doubles piqures de 3,5 mm de large.

Pour les ourlets, le plus simple est de les faire en collant le tissus avec de la colle spécial tissus (elle sent l’ammoniaque) ou au pire avec de la colle néoprène. Le bord de la voile sera coupé avec des ciseaux pour tissus, ou des ciseaux à cranter denture fine 2mm, en débordant de 6mm du plan de voile

Photo 3 - 10 ko
Photo 3
Le matériel nécessaire à la réalisation des voiles. Y ajouter une machine à coudre.... et une couturière professionnelle ;-)

Ensuite on forme un pli roulé de 3mm, que l’on colle puis que l’on repasse au fer.
Les empiècements et les renforts sont également collés sur chaque face de la voile, mais en les découpant dans un tissus plus fin que celui de la voile.

Photo 2 - 9.6 ko
Photo 2
Les ourlets sont réalisés à la colle pour tissus, avant d’être surpiqués à la machine. Idem pour les renforts en applique. Rigueur garantie !