Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

mardi 23 mai 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Accastillage et accessoires

Cordages réalistes faciles

Albertus

Un cordage est quelque chose de lourd, très lourd même. Lorsqu’il est lové sur un pont, ou tourné en glêne sur un cabillot, son poids lui donne un tombant naturel. La couleur est aussi caractéristique : avec le sel et le soleil, le cordage de chanvre s’éclaircit fortement. Il est important de bien observer la réalité pour pouvoir la reproduire au mieux.

POUR RESTER CONFORME A L’ESPRIT DE CETTE RUBRIQUE DE REALISATIONS FACILES, CET ARTICLE DOIT PERMETTRE A CHACUN D’OBTENIR UN RESULTAT CORRECT SANS NECESSITER D’OUTILLAGE COMPLEXE NI D’EXPERIENCE MOUSTACHUE EN MODELISME NAVAL. IL EST EVIDENT QU’UNE REALISATION PLUS POUSSEE ET PLUS FIDELE PEUT ETRE REALISEE.

Un cordage est quelque chose de lourd ! - 28.2 ko
Un cordage est quelque chose de lourd !

Sur une maquette, que l’on utilise de la ficelle, de la cordelette, du cordonnet ou que l’on commette soi-même ses cordages, le poids de ceux-ci n’est pas suffisant que pour permettre une belle présentation. Parce que la tension interne des fils torsadés est plus forte que leur poids, les petits cordages ne veulent pas conserver l’arrangement qu’on leur donne.

Une cordelette de lin - 15.9 ko
Une cordelette de lin
Achetées dans le commerce, les ficelles sont trop raides pour être utilisées, à cause de l’apprêt quelles contiennent.

Et l’on voit bien souvent des très belles maquettes défigurées par des cordages qui n’ont pas l’air vrais, des bouts qui rebiquent etc. Pourtant il est facile de donner un cachet véridique à nos aussières, il est facile d’avoir le dernier mot, et ce n’est pas un bout de ficelle qui va faire la loi ! non, mais... !

Premièrement, pour éliminer la raideur, il faut enlever l’apprêt généralement présent dans les ficelles du commerce. Pour cela, un simple bain d’eau tiède, avec deux gouttes de détergeant pour les verres par demi-litre d’eau. Il ne faut pas que cela mousse... simplement augmenter la fluidité de l’eau.

On brasse doucement la longueur voulue en faisant attention à ne pas faire de nœuds, puis on presse délicatement la ficelle dans un linge pour l’éponger. Ensuite, sans l’avoir laissé sécher, on replonge la ficelle dans un bain d’eau tiède mélangée avec de la colle blanche à bois, par exemple une cuiller à soupe de colle bien diluée dans une demi-tasse d’eau.

Voilà ce qu’il faut de colle blanche pour une demi-tasse d’eau tiède - 17.4 ko
Voilà ce qu’il faut de colle blanche pour une demi-tasse d’eau tiède

On retire la ficelle en la tenant par une extrémité, et on l’essore en la pressant entre deux doigts. Dans le même mouvement, on enroule la ficelle autour de deux ou trois doigts, et on forme un enroulement.

Juste essorée entre deux doigts de la main droite, la ficelle encollée est tournée autour de trois doigts de la main gauche
On met en forme et on fait sécher le cordage en place, là où il sera présenté. Préserver éventuellement l’endroit avec un bout de film alimentaire

Enfin, on dépose le cordage ainsi roulé à l’endroit du pont où il devra être présenté, en protégeant le pont par un morceau de film alimentaire. On presse le cordage en forme, en prenant bien soin de plaquer l’extrémité, et on attend une paire d’heures.

Et voilà le travail. Cet encollage-ci, à la limite de l’excès de colle, est destiné à servir de poignée à un panneau de cale. Il sera d’abord vernis mat ! - 10 ko
Et voilà le travail. Cet encollage-ci, à la limite de l’excès de colle, est destiné à servir de poignée à un panneau de cale. Il sera d’abord vernis mat !
Une fois sec, le cordage est raidi par la colle, mais si la forme ne plaît pas, il suffit de mettre tremper dans l’eau chaude et de recommencer.

La quantité de colle dans le mélange a beaucoup d’importance - 26.2 ko
La quantité de colle dans le mélange a beaucoup d’importance
Trop faible, l’enroulement finira par se laisser aller. Sur cette photo, l’enroulement de gauche n’a pas tenu : au départ, il était aussi plat que celui de droite. Avec le temps et l’humidité de l’air le cordage a finit par se redresser légèrement

Un autre exemple de ce qu’il ne faut pas faire ! - 27.9 ko
Un autre exemple de ce qu’il ne faut pas faire !

Déjà que la représentation des garcettes de ris est contestée par certains modélistes, celles-ci sont particulièrement représentatives de ce qu’on rencontre sur les différents modèles : la ficelle est beaucoup trop raide, sa position ne suit pas la pesanteur supposée. Elles ne sont pas encollées, mais si elles l’étaient elles ne flotteraient plus dans le vent ! En plus, ici, pour éviter l’effilochage, l’extrémité a été enduite de cyano. Un effet désastreux. En fait, à l’échelle, ces garcettes feraient 15 mm de diamètre (1mm sur un bateau au 1/15e). Sur la maquette elles devraient être remplacées par du fil de 0,4mm maxi


Voilà !
Il restera à mieux connaître les différents diamètres à utiliser suivant la fonction du cordage, puis la teinte, puis présenter des haubans fourrés ou goudronnés suivant les cas, comme observé dans la réalité. Encore beaucoup de choses à expliquer.

On peut préparer ses cordages à l’avance

Même si le bateau n’est pas terminé, pour se changer les idées on met quelques cordages en forme. Le séchage s’effectue alors "en situation"

Tenez compte de la longueur

Sur un bateau, les cordages sont très longs, surtout si ils descendent d’une poulie de mât en passant par un palan. Pour avoir la bonne longueur enroulée au pied du mât, il faut l’avoir mesurée avec la voile abattue. Cet enroulement sur le pavois du Galaxie est particulièrement réussi

Empilés en vrac sur un pont, les vrais cordages ont l’air d’être fatigués.

Avec des ficelles encollées, il est facile de mettre des cordages en situation correcte. Ici sur le pont du Quatre Vents Atao

On ne risque pas de le perdre : il est collé à la béquille !

L’extrémité du cordage doit être positionnée avec soin. Prendre garde que comme ici elle ne se détorsade !

Cordage en lin tourné à droite

Achetée en corderie à Liège, c’est la seule ficelle tournée à droite que j’ai jamais trouvé. Ce sens de rotation des torons qui forment le cordage est indispensable pour  coudre les ralingues.

Les cordages passant par une poupée de treuil doivent aussi prendre une position logique et naturelle

Non, ce n’est pas un Naja Royal !...

...mais simplement un cordage qui n’est pas à sa place !

Le revoici en situation

Elle a l’air d’être lourde, pourtant elle ne fait que 1mm de diamètre

Bel exemple de ce qu’il faut éviter à tout prix

Ces cordages ne sont pas passés à la colle. Malgré la souplesse de la ficelle (du coton) ils n’ont pas le tombant réaliste. Sans compter que la quantité de corde enroulée est insuffisante que pour redescendre la voile de flèche (au centre)