Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

mercredi 23 août 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Trucs et astuces basiques

Trucs en vrac 34

Albertus

Effilage des vergues et des mâts

Sans tour, à la foreuse

Le truc demande un peu de pratique, mais l’expérience vient très rapidement :
Il faut tout d’abord installer sa foreuse en position horizontale, par exemple en lui pinçant le dos dans un étau d’établi
Il faut ensuite fabriquer l’outil. L’effilage se fera par ponçage, et l’outil consiste à réaliser une longue pince, comme une mâchoire recouverte de papier abrasif sur sa face intérieure :

Deux morceaux de tasseau de par exemple 5x25cm en 1 cm d’épaisseur sont reliés entre-eux par une charnière constituée d’un morceau de papier collant  Power-Tape les faces en vis à vis sont recouvertes de papier abrasif de grain 50 ou 80 selon la dureté du tourillon à traiter
Ensuite il suffit de mettre la perceuse en arche, de pincer le tourillon entre les mâchoires et de serrer en exerçant un mouvement de va et vient, en insistant sur l’extrémité libre du tourillon


Éviter les rentrées d’eau dans le bateau

Vérifier les hauteurs
Le tube d’étambot est suffisamment étanche, une fois son intérieur graissé, que pour éviter de laisser rentrer l’eau dans le bateau.
Côté hélice, le contre-écrou de l’hélice appuie sur le palier du tube (on peut éventuellement intercaler une rondelle nylon) et dans le bateau c’est la bague d’arrêt qui appuie contre le palier supérieur du tube.
On maintient un jeu longitudinal de 0,2mm maximum pour éviter le serrages, et le moteur peut être installé rigoureusement dans le prolongement de l’arbre d’hélice, en intercalant un safran dont le seul but est d’absorber les vibrations.
Aucun soucis à se faire pour l’étanchéité, le moteur peut se trouver sous le niveau de la ligne de flottaison.
Par contre, là où il y a un réel risque, c’est au niveau du tube de jaumière, celui qui maintient la mèche du safran de gouvernail. Il est impératif d’avoir le tube de jaumière qui débouche plus haut que le niveau de l’eau, au risque d’embarquer une quantité étonnante d’eau lors de la navigation.
Généralement jaumière et mèche de safran sont une réalisation perso, sans paliers et sans graissage. Si le truc de la mèche de safran en tige filetée permet de maintenir un graissage correct, en général on a laissé exprès un jeu entre tube et mèche, par lequel l’eau va rapidement s’infiltrer par le jeu des vases communicants, si le tube ne débouche pas dans le bateau plus haut que la flottaison


Deux safrans sur un servo

On ne le rappellera jamais assez : les tringles de gouvernail doivent être parallèles et/ou perpendiculaires entre-elles ET LE RESTER lors de l’utilisation
Le truc le plus simple est celui-ci :
Le bras du servo doit être équipé d’une chape à boule


Anciens paniers à homards comme en Bretagne

Utiliser un gabarit
"Comme en Bretagne", parce qu’en Normandie on utilisait plutôt des panier en forme de cloche.
Anciens", parce qu’aujourd’hui les casiers n’ont plus cette forme pittoresque et ne sont plus, comme à l’époque, fabriqués en coudrier
A noter que le nombre de baguettes est réduit pour une représentation en modélisme
Sur une base en bois (bleu) on a collé un tourillon (rouge du ø intérieur au panier. Sur le pourtour du tourillon, on a foré 15 trous de 2mm dans lesquels viendront se planter des cure-dents recoupés à 35mm en éliminant les pointes Les cerclages sont réalisés en bandes de papier Bristol collées à la colle à bois. Après séchage, on peut retirer l’armature et recouper un des montants pour y insérer un anneau (joint de plomberie)
Au 1/30, le panier fera Ø 2cm hauteur 3,5cm - 14.8 ko
Au 1/30, le panier fera Ø 2cm hauteur 3,5cm

Installer un guignol de gouvernail fait maison

Des contre-écrous

Petit rappel de comment fixer un guignol sur la mêche de safran - 49.7 ko
Petit rappel de comment fixer un guignol sur la mêche de safran


Le cloutage des lattes de pont

Viser les barrots de pont On a déjà parlé du calepinage des lattes, donc de la manière de les poser sur le pont (les lattes ne sont pas d’une pièce de la proue à la poupe), alors aujourd’hui on va parler de leur clouage.
Comme les planches sont clouées sur les barrots de pont, il faut imaginer sur nos modèles où se situent ces barrots. Les couples ne correspondent pas à la réalité, ni par leur nombre ni par leur emplacement. Une fois les barrots repérés (ou supposés) les planches y sont clouées par deux clous en oblique. Les aboutages sont toujours posés sur un barrot, et fixés par deux clous côte à côte. Selon l’échelle de la maquette, on utilise des fins clous, ou des bouts de fil de fer, ou simplement on marque les emplacement avec une grosse épingle et le trou se comble par un léger ponçage, tout en restant visible


Transmettre le courant sur un plateau tournant

Des bagues et des frotteurs
En fait, le problème s’est posé lors de la réalisation d’une maquette de phare ? Le feux tournant était alimenté par un transfo caché à la base du phare, transfo lui-même raccordé au secteur La transmission du courant se fait en installant sur l’axe en tube PVC pour installation électrique deux bagues de serrage de plomberie À ces bagues sont soudés des fils qui passent dans le tube et débouchent sur le plateau, sur lequel une ampoule avec réflecteur sera installée. _Sur les bagues, ou plus exactement dans leur gorge, viennent appuyer des tiges de laiton raccordées au transfo.
Les tiges sont pressées contre les bagues par des petits ressorts