Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

mercredi 13 décembre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Trucs et astuces basiques

Trucs en vrac 36

Albertus

On en revient toujours aux mêmes questions.
Sans doute une preuve que cela avait été mal expliqué !

Une question souvent soulevée par les débutants... (entre autres) est de savoir si vraiment "le plan est inexact, plein d’erreurs ! !" ou si simplement on a mal interprété le plan !
Généralement ce problème se pose lors du début du lattage de la coque, où l’on se rend compte que les lattes du bordé ne posent pas correctement sur les chants des couples.
D’abord il faut rappeler que les chants de ces couples doivent être poncés, "équerrés" que ça s’appelle, pour que les lattes appuient bien sur toute l’épaisseur des couples. Mais il faut aussi rappeler que l’équerrage des couples ne doit pas modifier leur dimension vue de face !
Comment faire ?
Pas question de prévoir le ponçage et de faire les couples un peu plus grands pour arriver à leur dimension après équerrage, NON !
C’est bien plus simple que ça :
Le dessin des couples sur le plan est montré de face, donc la dimension est exacte (sous réserve de déformation du papier lors de l’impression ou du collage sur le ctp) Lorsque l’on équerre le couple, on n’attaque que les arrêtes situées vers les parties moins larges de la coque, donc l’arrête avant pour les couples situés entre le maître couple et l’étrave, et l’arrête arrière pour les couples situés entre le maître couple et la poupe.


Simplement, les couples de l’avant doivent se coller devant le trait de repère (marqué sur la quille dans la vue de profil du plan) pour les couples de l’avant, et derrière le trait de repère pour les couples de l’arrière. Ainsi, les lattes toucheront tous les couples. Et au cas où un couple serait trop large ou trop étroit (simplement parce que la lame de scie à chantourner est plus épaisse que le trait dessiné) il suffit d’avancer ou de reculer légèrement le couple fautif pour qu’il vienne faire appui avec la latte témoin posée en premier lieu sur chaque bord.
Cela parait compliqué comme ça, mais en pratique on s’aperçoit que c’est tout simple.
Il suffit de tester avant de positionner définitivement les couples sur le chantier.

Autre erreur fréquente au couplage, qui provient du fait que les couples ont été dessinés d’après le plan des formes verticales, et que ce plan donne les lignes extérieures de la coque, alors que pour obtenir le tracé des couples il faut déduire de ce tracé l’épaisseur des lattes de bordage qui vont être utilisées pour border la coque. Lire ici pour rappel
Les couples qui seraient dessinés de cette manière ne tomberaient JAMAIS à la bonne place en se référant aux traits de positionnement marqués sur la quille

Les safrans de gouvernail

Si on les réalise soi-même, on utilisera de préférence du ctp de bouleau de Finlande, car ce multi-plis est de qualité supérieure. De plus, le nombre de plis assure une solidité à toute épreuve, mais aussi permet de faciliter la fabrication (lire ici.
En général la palette est formée de deux joues contrecollées avec l’axe inséré entre les joues. Une fois la palette décalquée du plan et découpée à la scie à chantourner, il reste à la mettre en forme .
Attention, même dans le cas d’un kit prédécoupé, les éléments comme la palette sont découpés mais pas mis en forme.

Il ne faut pas simplement poncer les arêtes, il faut affiner la palette correctement - 69.6 ko

Il convient donc d’affiner la palette vers l’arrière
Comme il faut y insérer un axe, on a intérêt à contrecoller deux demi-épaisseurs.
Si le safran doit être démontable, deux solutions : 1/ l’axe n’y est pas collé, mais une clavette ou un boulon qui sera prévu pour le bloquer en place 2/ la palette de safran est solidaire de l’axe, et c’est alors l’ensemble qui se démonte. Pour éviter que la palette ne tourne sur l’axe, celui-ci peut être coudé avant d’être pris en sandwich entre les deux faces de la palette

La palette de gauche est maintenue à son axe par une clavette, donc la palette et l’axe sont percés. A droite, l’axe a été coudé avant d’être inséré entre les deux faces de multiplis formant la palette - 69.2 ko


Dans tous les cas, sauf pour les safrans suspendus, le talon de quille devra être démontable